Bilan

L'ONU insiste sur "l'obligation" d'accueillir les réfugiés

Le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a reconnu lundi le droit des Etats à contrôler leurs frontières mais estimé qu'ils avaient "l'obligation" d'accueillir les réfugiés.

"Les Etats ont le droit de contrôler leurs frontières et de déterminer les conditions d'entrée et de résidence sur leur territoire. Mais ils ont aussi une obligation à respecter le droit international, le droit des réfugiés et le droit humanitaire", a déclaré M. Zeid Ra'ad Al Hussein.

Crédits: AFP

Le haut-commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme a reconnu lundi le droit des Etats à contrôler leurs frontières mais estimé qu'ils avaient "l'obligation" d'accueillir les réfugiés.

"Les Etats ont le droit de contrôler leurs frontières et de déterminer les conditions d'entrée et de résidence sur leur territoire. Mais ils ont aussi une obligation à respecter le droit international, le droit des réfugiés et le droit humanitaire", a déclaré M. Zeid Ra'ad Al Hussein.

Il a lancé un appel à tous les Etats à adopter rapidement une politique migratoire globale efficace, en ouvrant une session de trois semaines du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies.

"J'implore les dirigeants en Afrique, dans les Amériques, en Asie et dans le Pacifique comme en Europe à agir rapidement pour créer une gouvernance migratoire globale efficace et fondée sur des principes", a-t-il dit.

Evoquant avec émotion l'image du petit Aylan Kurdi, noyé en tentant de traverser la Méditerranée, le haut-commissaire s'est dit "épuisé et furieux". Epuisé car "le système (de défense des droits) parvient à peine à faire face avec les ressources dont il dispose et alors que la misère humaine s'accélère".  

Le Jordanien a dénoncé l'inaction de la communauté internationale en Syrie malgré des violations terribles des droits fondamentaux bien documentées.

M. Zeid a salué "le sens de l'humanité et le leadership de plusieurs Etats au Moyen-orient, la Jordanie, le Liban et la Turquie, ainsi qu'en Europe, l'Allemagne et la Suède" pour avoir accueilli des réfugiés et migrants ayant besoin de protection. Il a salué "la générosité remarquable (...) de nombreuses personnes ordinaires qui ont ouvert leur maison aux réfugiés".

Il s'est félicité de la proposition du président de la Commission européenne la semaine dernière de réinstaller 120.000 personnes supplémentaires dans les Etats membres. "En Autriche, en Belgique, en Finlande, en Allemagne, en Suède et même en Grande-Bretagne, malgré la xénophobie de certains tabloïds et politiciens, des gens ordinaires se sont portés volontaires pour offrir de l'assistance et un soutien aux réfugiés et migrants".

"J'exhorte les pays européens à construire sur ce sentiment d'humanité en mettant en place une architecture de gouvernance migratoire plus complète, digne et efficace. Nous avons besoin de canaux élargis de migration légale et de réinstallation, deux mesures qui pourraient prévenir les morts et couper court au trafic d'êtres humains", a déclaré le haut-commissaire.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."