Bilan

L'OMC veut accélérer l'aide pour le commerce

L'OMC examine les moyens de réduire les coûts élevés du commerce qui agissent comme un frein sur l'intégration de nombreux pays en développement.

Dans le cadre du cinquième examen global de l'Aide pour le commerce organisé par l'OMC tous les deux ans depuis 2007, les participants doivent discuter de la mise en oeuvre de l'accord sur la facilitation des échanges (AFE), conclu en décembre 2013 lors de la conférence de Bali (Indonésie).

Crédits: Keystone

Le niveau élevé des coûts du commerce agit comme un frein sur l'intégration de nombreux pays en développement. Près d'un millier de spécialistes sont réunis depuis mardi à Genève pour examiner les moyens de réduire davantage ces coûts.

Dans le cadre du cinquième examen global de l'Aide pour le commerce organisé par l'OMC tous les deux ans depuis 2007, les participants doivent discuter de la mise en oeuvre de l'accord sur la facilitation des échanges (AFE), conclu en décembre 2013 lors de la conférence de Bali (Indonésie). Jusqu'à jeudi, 17 sessions plénières sont prévues et 28 événements parallèles.

La conférence a été ouverte par une table ronde entre le directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) Roberto Azevedo, le secrétaire général de l'OCDE Angel Gurria, le président de la Banque mondiale Jim Kim, le secrétaire général de la CNUCED Mukhisa Kituyi et le président de la Banque asiatique de développement Takehiko Nakao.

Ils ont affirmé que des actions concertées s'imposent pour réduire les coûts du commerce dans le but de contribuer au Programme de développement durable de l'ONU pour l'après-2015. Le directeur général de l'OMC a plaidé pour une entrée en vigueur rapide de l'AFE.

Les avantages de la réduction des coûts du commerce pour le développement sont considérables, d'après les calculs de l'OCDE. A l'échelle mondiale, une réduction des coûts du commerce de 1% entraînerait une augmentation des revenus d'au moins 40 milliards de dollars, dont près des deux tiers reviendraient aux pays en développement.

Selon l'OCDE, un dollar investi dans l'Aide pour le commerce est associé en moyenne à une hausse de près de huit dollars des exportations de l'ensemble des pays en développement - et à une hausse de 20 dollars des exportations des pays les plus pauvres. Mais les effets peuvent varier fortement selon le type d'intervention, le niveau de revenu et la région géographique du pays bénéficiaire ainsi que le secteur auquel s'adresse le soutien.

Depuis le lancement de l'Initiative Aide pour le commerce, à la conférence de l'OMC à Hong Kong en 2005, les donateurs ont déboursé 264 milliards de dollars au titre de l'aide publique au développement. S'y sont ajoutés 190 milliards de dollars au titre des autres apports du secteur public, soit au total 454 milliards pour financer des programmes liés au commerce dans les pays en développement, selon le "Panorama de l'aide pour le commerce" publié par l'OMC et l'OCDE.

Les sources les plus courantes de coûts du commerce identifiées par les répondants à l'enquête de suivi OCDE/OMC sont les procédures à la frontière, l'infrastructure de transport et les mesures non tarifaires.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."