Bilan

L'OCDE appelle les Etats à agir "d'urgence" pour éviter "une croissance molle"

L'OCDE a appelé mercredi les Etats à éviter d'urgence "le piège d'une croissance molle" en recourant largement et dès maintenant à la politique budgétaire pour doper la reprise.

L'institution a maintenu sans changement ses prévisions pour l'économie mondiale à un "faible" 3% cette année, après les avoir abaissées de 0,3 point en février.

Crédits: AFP

L'OCDE a appelé mercredi les Etats à éviter d'urgence "le piège d'une croissance molle" en recourant largement et dès maintenant à la politique budgétaire pour doper une reprise qui s'annonce "décevante" cette année et encore "modeste" en 2017.

L'institution a maintenu sans changement ses prévisions pour l'économie mondiale à un "faible" 3% cette année, après les avoir abaissées de 0,3 point en février, dans ses perspectives économiques publiées à l'occasion de la réunion ministérielle des pays membres. Pour 2017, elle s'attend à un léger rebond à 3,3%.

L'OCDE révise toutefois à la hausse les prévisions pour la France de 1,2% à 1,4%, deux semaines après le FMI qui prévoit une croissance de "près de 1,5%", s'alignant sur celles du gouvernement. Pour l'an prochain, l'organisation internationale s'attend à une croissance en France quasi stable (1,5%).

Pour la Chine, elle maintient ses prévisions à 6,5% pour 2016, mais prévoit encore un recul en 2017 à 6,2% pour le géant asiatique où le risque "d'un brusque repli à court terme de la croissance a quelque peu diminué". Mais l'institution souligne que "les choix faits vont probablement ralentir le processus de rééquilibrage et exacerber les risques financiers, ajoutant aux difficultés à plus long terme".

Pour les Etats-Unis, elle fait passer la prévision de croissance sous la barre des 2% cette année, à 1,8% contre 2% en février, mais elle s'attend à un rebond en 2017 à 2,2%.

Quant au Brésil, la récession sera plus forte que prévu cette année, avec un PIB qui devrait dégringoler de 4,3%, alors que l'organisation tablait déjà sur une chute de 4% en février. L'an prochain, le géant sud-américain restera en récession, à -1,7%.

"En l'absence de mesures étoffées, cohérentes et collectives, la croissance restera décevante et atone", a prévenu la chef économiste de l'OCDE, Catherine Mann, citée dans le rapport qui constate que la croissance "s'est essoufflée" dans la plupart des économies émergentes et que le redressement dans les pays avancées "demeure modeste".

"Le niveau durablement faible de la croissance a (...) entraîné les pays dans le piège d'une croissance molle", a expliqué l'économiste, plaidant pour que l'action publique prenne désormais le relais du levier "trop longtemps exclusif" de la politique monétaire et dont les instruments "sont trop sollicités".

Mme Mann a ainsi appelé les Etats à mettre "plus largement à contribution" la politique budgétaire en procédant à des "dépenses de qualité" susceptibles de dynamiser la croissance, d'autant plus qu'ils peuvent se financer à des taux d'intérêt très bas sur les marchés.

"Il y a urgence", a-t-elle alerté. "Plus l'économie restera piégée dans une croissance molle, plus il sera difficile de briser les effets de rétroaction négatifs, de revivifier les forces du marché et de stimuler les économies pour les inscrire dans une dynamique de croissance forte", a-t-elle assuré.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."