Bilan

L'Iran poursuit son offensive de charme à Davos

L'Iran veut accélérer son retour au sein de l'économie mondiale à l'occasion du Forum économique mondial (WEF). Son offre: la stabilité régionale contre des investissements étrangers.

"Les sanctions sont levées et l'Iran va offrir de nouvelles opportunités pour des projets économiques dans la région", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif, qui était responsable des négociations dans le dossier nucléaire.

Crédits: DR

L'Iran veut accélérer son retour au sein de l'économie mondiale à l'occasion du Forum économique mondial (WEF). Son offre: la stabilité régionale contre des investissements étrangers.

Après la conclusion de l'accord sur le dossier nucléaire avec la communauté internationale, de nombreuses délégations sont venues à Téhéran, a déclaré mercredi à Davos (GR) Mohammad Nahavandian, le chef de cabinet du président iranien. Ce dernier a évoqué le développement économique positif de son pays depuis l'élection à la présidence d'Hassan Rohani.

Malgré les sanctions, le gouvernement a réussi à faire basculer l'économie vers la croissance grâce à un programme d'investissement ambitieux. En outre, la politique monétaire a été renforcée afin de lutter contre l'inflation, a-t-il expliqué.

"Le climat économique est devenu bien meilleur", a relevé Mohammad Nahavandian. "Nous sommes en mesure de mener à bien de nombreux projets nous-mêmes, car nous sommes bien positionnés. Nous nous réjouissons toutefois aussi des bailleurs de fonds étrangers", a-t-il souligné.

A ses yeux, la reprise économique contribue également à la sécurité dans toute la région. Car la lutte contre la violence et l'extrémisme va de pair avec le développement. "Pour ce faire, nous avons besoin de nouveaux emplois".


Lutte contre l'extrémisme

"Les sanctions sont levées et l'Iran va offrir de nouvelles opportunités pour des projets économiques dans la région", a déclaré pour sa part le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif, qui était responsable des négociations dans le dossier nucléaire. "Il s'agit d'une bonne nouvelle pour tous tant au niveau politique qu'économique".

La priorité principale est de résoudre le problème de l'extrémisme, qui ne se limite pas à une seule région. Ce fléau "se propage dans le monde entier et est une menace pour tous", a déclaré le chef de la diplomatie iranienne.

Dans ce contexte, il faut éviter une confrontation avec l'Arabie saoudite. "Je pense que nos voisins saoudiens doivent comprendre qu'une confrontation n'est dans l'intérêt de personne", a déclaré Javad Zarif, tout en écartant l'hypothèse d'une guerre.

L'Iran est en pleine montée en puissance dans la région, et les relations avec l'Arabie saoudite, autre grande puissance régionale, sont très détériorées sur fond d'effondrement des prix du pétrole. Les deux puissances ont rompu leurs relations diplomatiques début janvier et s'affrontent par conflits interposés en Syrie, en Irak et au Yémen.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."