Bilan

L'initiative "No Billag" est trop radicale, selon economiesuisse

La faîtière des entreprises economiesuisse rejette l'initiative "No Billag" qu'elle trouve est trop radicale. Le peuple aura le dernier mot le 4 mars prochain.

L'initiative "No Billag" interdirait à la Confédération de subventionner toute chaîne de télévision ou de radio et de prélever une redevance de réception. 

Crédits: keystone

L'initiative "No Billag", qui veut supprimer la redevance radio-tv, est trop radicale, estime economiesuisse. La faîtière des entreprises rejette le texte. Le peuple aura le dernier mot le 4 mars prochain.

Le service public joue un rôle important sur le plan démocratique et contribue à la stabilité politique ainsi qu'à l'attrait de la Suisse, souligne l'organisation mardi dans un communiqué. Néanmoins, il est nécessaire de débattre "sur l'étendue et la profondeur de l'offre médiatique".

L'initiative "No Billag" interdirait à la Confédération de subventionner toute chaîne de télévision ou de radio et de prélever une redevance de réception. Cette dernière fonction ne pourrait pas non plus être déléguée à un tiers.

Berne pourrait tout au plus payer pour la diffusion de communiqués officiels urgents. Quant aux concessions, elles seraient régulièrement mises aux enchères par les autorités fédérales. Une seule exception semble autorisée, le texte stipulant que ce n'est qu'"en temps de paix" que la Confédération ne peut exploiter ses propres chaînes de radio ou de télévision.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."