Bilan

L’immobilier inspire les entrepreneurs

Location flexible de meublés, visites virtuelles, financements participatifs... De nombreux acteurs romands dynamisent un secteur devenu quelque peu poussiéreux.
  • Loïc Emery (à g.) et Gaël Constantin louent des biens meublés de façon flexible.

    Crédits: Dr
  • Cyril de Bavier, Thang Nguyen et Xavier Canonica utilisent des outils tels que la digitalisation de la construction.

    Crédits: Guillaume Mégevand
  • Julian Lee propose de louer des biens de luxe à partir d’une nuit.

    Crédits: Yves Perraudin
  • Olivier Fahrni a lancé un service qui évalue les logements gratuitement.

    Crédits: François Wavre/lundi13

Gaël Constantin, 26 ans, et Loïc Emery, 27 ans, sont deux Genevois qui ont créé début 2015 Homenhancement, régie immobilière spécialisée dans le meublé. Avant de se lancer, les deux entrepreneurs ont terminé des études de droit et urbanisme pour le premier et de relations internationales pour le second. Amoureux de la pierre, les compères ont rapidement réuni leurs compétences pour faire naître leur start-up, qui fournit des logements temporaires pour une période allant d’un mois à un an.

Le duo propose ainsi des appartements de différents standings, de 1800 à 7000 francs par mois, ainsi que des logements avec service hôtelier. Leur plus-value? Des appartements soignés, un état des lieux qui peut être réalisé jusqu’à tard le soir et des paiements facilités. Mais également une rapidité dans les services ainsi qu’un site internet très «userfriendly».

Lire aussi: Dix nouvelles idées de business à lancer

«Avec Loic, nous avons estimé que la régie traditionnelle n’avait qu’un seul client, le propriétaire, explique Gaël Constantin. Nous voulions corriger cette donne en mettant le propriétaire et le locataire au même niveau.» Ainsi, Homenhancement offrirait non seulement un rendement supérieur pour le propriétaire mais aussi une meilleure qualité de service pour le locataire, affirment les deux jeunes entrepreneurs, qui enregistrent déjà 350 appartements en gérance sur Genève. La moyenne d’âge des locataires se situe en dessous de 35 ans.

Location de biens de luxe

Julian Lee est un jeune entrepreneur d’origine chino-mexico-genevoise de 28 ans. Après avoir terminé des études hôtelières à Montreux et travaillé dans l’informatique, il a senti que les nouvelles technologies allaient disrupter de nombreux marchés, notamment à travers l’économie de partage. Il a trouvé des opportunités dans le secteur de l’immobilier, dont le modèle traditionnel de location est dépassé, selon lui.

«J’ai commencé tout petit. L’idée était de proposer des locations à court terme dans l’immobilier de luxe. J’ai voulu me mettre au service des propriétaires qui ont des biens de très haut standing souvent vides et qui perdent de surcroît de la valeur.» 

Il fonde en juillet 2016 GuestLee, dont le parc locatif enregistre déjà 70 biens de 5 à 70 millions de francs entre Genève et Zurich. Les locataires peuvent louer à partir d’une nuit jusqu’à une année. Le prix moyen pour une semaine est de 10 000 francs. GuestLee propose un service clés en main avec estimation du bien à louer, accueil des locataires, préparation des lieux ou encore nettoyage. Son prochain défi sera de proposer une plateforme collaborative à ses clients avec des services adaptés à leurs besoins.

S’appuyer sur la digitalisation

Cyril de Bavier (27 ans) et Thang Nguyen (34 ans) ont eux aussi compris rapidement qu’il y avait des opportunités à saisir dans l’immobilier. Les deux associés, rapidement rejoints par Xavier Canonica (29 ans), ont fondé Swissroc en 2013. L’entreprise enregistre aujourd’hui un volume de transactions immobilières de 400 millions de francs, emploie une trentaine de collaborateurs à Genève et détient une filiale en Pologne. 

Lire aussi: 41 idées de business à lancer

Elle est active dans trois domaines d’activité: les transactions immobilières, l’entreprise générale de construction et le pilotage de projets pour les clients qui souhaitent réaliser des placements dans l’immobilier. Les trois jeunes associés entendent s’attaquer à un marché traditionnel quelque peu endormi en utilisant des outils tels que la digitalisation de la construction. 

Autre particularité de la PME: encourager l’intrapreneuriat. En effet, poussés par les fondateurs de Swissroc, deux employés ont déjà monté deux nouvelles filiales.

Dépoussiérer le secteur des régies

Olivier Fahrni est quant à lui un amateur de vin et gastronomie qui s’est lancé sur le tard dans l’immobilier. Après une expérience dans la bancassurance, un tour du monde avec sac à dos et un passage comme directeur adjoint à l’Hôtel Les Trois-Couronnes de Vevey, le Vaudois a commencé comme courtier à la Régie Flouck à La Tour-de-Peilz (VD) à l’âge de 33 ans. Il rachète le groupe TransaXia en 2015, spécialisé dans la vente, puis Successhome, logiciel de gestion immobilière. Aujourd’hui, une petite vingtaine de régies utilisent ce logiciel simplifié, et TransaXia compte sept bureaux de vente sous forme de franchises. L’entreprise a enregistré 57 ventes l’an dernier pour des biens se situant entre 700 000 et 1,2 million de francs. 

Olivier Fahrni souhaite développer son réseau dans toute la Suisse romande en dépoussiérant le secteur des régies immobilières: «Je crois en la réalité virtuelle, aux petites structures, aux services, à la réactivité et aux valeurs humaines, des éléments qui manquent trop souvent dans les grandes régies, commente le jeune entrepreneur de 40 ans. Nous misons principalement sur la rapidité de la prise en charge des biens à vendre qui sont affichés en moins de deux heures en ligne.» 

Ce dernier a également lancé fin 2015 evaluer.immo, service qui évalue les biens immobiliers gratuitement.

Crowdfunding et crowdlending

A Genève, l’incubateur de start-up Fusion a lancé récemment Proptech Fusion qui n’héberge pas moins de 8 start-up dans les secteurs de l’immobilier et des smart cities. «Cette industrie a besoin de changements et d’innovation», souligne Sal Matteis, CEO de Fusion qui est soutenu par le Valaisan Stéphane Bonvin à travers son groupe Investis.

Lire aussi: Quand les chatons donnent des idées de business

Une partie des start-up sélectionnées est active dans le crowdfunding, telle Foxstone fondée par Dan Amar, qui propose le coachat d’immeubles, le coinvestissement avec un promoteur ou le prêt participatif pour des développements immobiliers. Mais également dans d’autres secteurs tels que Advisay, assistant automatisé pour l’immobilier fondé par Nathanaël Khodl (28 ans), ou encore YetiVisit lancée par Raynald Salah, qui propose des visites virtuelles à 360 degrés de logements.

Autre tendance depuis quelques mois: le crowdlending immobilier. Après un parcours dans la banque, Dominique Goy, diplômé de l’EPFL, a créé SwissLending en 2016. Cette société permet à des investisseurs de participer au financement de projets de développement immobilier et aux promoteurs de récolter des fonds pour compléter leur projet. L’immobilier reste ainsi toujours bel et bien attractif, à tout âge et tous domaines confondus.  

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."