Bilan

L’homme qui a conçu les containers du sexe

Première suisse, Zurich va ouvrir en août prochain une zone aménagée de « Sex Box » où les prostituées pourront travailler en sécurité et loin des lumières du centre-ville.
Le projet des Sex Box a été accepté par référendum par la population zurichoise au début 2012. Crédits: KEYSTONE/Steffen Schmidt

Peter Pfister, c’est l’homme qui a planifié les Sex Box où les femmes qui se prostituent dans la rue à Zurich exerceront dès août prochain. Une aventure de plus dans le parcours de serial entrepreneur de 66 ans qui a déjà logé des artistes, des sans-abris et des requérants d’asile dans les containers habitables qu’il a réalisés. Il est l’inventeur d’un concept de « maison-escargot », des structures mobiles que l’on peut déplacer en fonction des besoins.

Ce touche-à-tout curieux qui a voyagé et vécu un peu partout dans le monde affiche aussi à son palmarès un prix du design suisse pour une armoire tournante en carton fabriquée par des chômeurs.

Des « maisons escargots » à déplacer

La Neue Zürcher Zeitung am Sonntag dressait en juin le portrait de cet ingénieur en électronique débordant d’idées, qui a dirigé par le passé une firme de mécanique de précision. Il intervient dans le projet des Sex Box en tant que fondateur de la société NRS (Natur Raum Struktur) avec trois autres partenaires dont sa compagne, Rosemarie Müller Hotz.

La « maison mobile » du NRS-Team est constituée de deux modules fermés en bois comprenant une face vitrée, faciles à combiner. A Zurich, ces containers ont déjà été installés par la Fondation du Pasteur Sieber pour loger des sans-abri. Les mêmes unités en métal ont fourni des toits à des demandeurs d’asile en mal de logement.

Puis, expansion dans le domaine socioculturel. L’équipe de Peter Pfister a conçu le « Basislager », un quartier de containers où l'assureur Swisslife propose à des prix réduits quelque 135 ateliers pour des artistes et des start-up.

La Ville de Zurich a maintenant passé commande à Peter Pfister pour les Sex Box. Le plan prévoit une voie d’accès circulaire à dix « garages » où les clients entrent en voiture en compagnie des prostituées. La conception de l’endroit privilégie la sécurité des femmes dans un no man’s land. L’homme ne peut pas s’enfuir du box alors que son accompagnatrice dispose d’un bouton d’alarme et d’une issue de secours.

Accepté par référendum au début 2012, le projet prévoit un centre de soins et de conseils pour les prostituées. Zurich s’est inspiré d’exemples allemands qui eux-mêmes reprenaient une idée hollandaise pour faire disparaître la prostitution des environs des gares. L’expérience est considérée comme un succès car l’état de santé des femmes s’est amélioré, tandis qu’elles subissent moins de violences.

Une prostitution en explosion

Zurich a fort à faire pour contenir une prostitution de rue en explosion, notamment au Sihlquai, une zone de centre-ville où les riverains souffrent du développement de ces activités.

Avec le pragmatisme qui la caractérise, la ville à majorité rose-vert a également installé des horodateurs où les prostituées de rue versent 5 francs pour obtenir l’autorisation d’exercer dans une zone déterminée. Pour être en règle, elles doivent s’annoncer à la police, s’inscrire au Département des affaires sociales de la Ville et s’acquitter d’un émolument de 40 francs.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."