Bilan

L'exportation et le tourisme des Grisons aux prises avec le franc fort

Les sociétés travaillant avec des marges serrées ou exécutant des contrats à long terme sans possibilité d'assurer les risques de change sont particulièrement menacées.

Avec 5,1 millions de nuitées par an, les Grisons sont, après Zurich, la deuxième destination touristique helvétique.

Crédits: DR

L'économie grisonne souffre plus que la moyenne suisse de la vigueur du franc, en raison notamment de la forte exposition de son industrie exportatrice à la zone euro. La part des exportations en zone euro y a été en 2014 de 52,8%, contre 45,2% de moyenne nationale, révélait jeudi soir Credit Suisse dans une étude conjoncturelle consacrée au plus grand canton suisse en superficie.

Les sociétés travaillant avec des marges serrées ou exécutant des contrats à long terme sans possibilité d'assurer les risques de change sont particulièrement menacées, soulignent les auteurs de l'étude.

Avec 5,1 millions de nuitées par an, les Grisons sont, après Zurich, la deuxième destination touristique helvétique. En 2014, le canton a hébergé 14% de l'ensemble des touristes de toute la Suisse. Le secteur est de loin le premier employeur du canton, avec un actif sur six travaillant dans l'hôtellerie ou la restauration.

Entre 2008 et 2014, le nombre de nuitées a fondu de plus d'un tiers, et la situation s'est encore "considérablement détériorée" depuis mi-janvier 2015 avec la levée du taux plancher face à l'euro. La dégradation a contraint nombre d'hôteliers grisons à réduire, voire à cesser, leur activité pendant l'été.


Emplois menacés

Selon les analystes de Credit Suisse, la baisse de rentabilité liée à la chute du taux d'occupation (44,7% en août 2014, contre 53,6% en moyenne suisse) devrait induire une réduction des coûts de personnel, qui risque de se traduire par des suppressions de postes.

Afin de contrer la saisonnalité de la branche et de favoriser l'embauche à long terme, un projet pilote a été mis en place entre hôteliers grisons et tessinois, qui vont s'échanger leurs collaborateurs lors de leurs pics d'activité respectifs à partir de l'hiver prochain.

La morosité de la branche touristique risque également de fortement affecter les activités d'autres secteurs, comme les remontées mécaniques, la restauration, les transports et le commerce de détail.


Energie et construction à la peine

Les Grisons sont également un important producteur d'énergie hydroélectrique, le deuxième après le Valais. Le canton représente près de 12% de l'ensemble de la production helvétique. Malgré les perspectives importantes que représente la "stratégie énergétique 2050" pour l'industrie hydroélectrique, les investissements sont freinés par la chute des prix (-40% entre août 2014 et juillet 2015), essentiellement en raison des surcapacités européennes, expliquent les auteurs de l'étude.

Pour le secteur de la construction, les perspectives sont plutôt sombres. L'incertitude qui a suivi l'acceptation en 2012 de l'initiative Weber sur les résidences secondaires, liée à la vigueur du franc et au marasme économique européen ont eu pour conséquence une chute massive de la demande, et partant des prix.

L'entrée en vigueur dès 2016 de la nouvelle loi sur les résidences secondaires devrait donner un cadre plus prévisible à l'activité, mais même si la loi ne prévoit pas un arrêt complet de la construction, le secteur va connaître un ralentissement marqué dans les communes concernées, prévient Credit Suisse.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."