Bilan

L'Europe se mobilise pour soutenir la croissance et l'emploi

Le président de la Commission José Manuel Barroso a promis de s'attaquer rapidement au chômage des jeunes et le principal taux d'emprunt a été abaissé à un plus bas historique.
L'Europe, en plein marasme économique et frappée par un chômage record, a cherché jeudi à se mobiliser pour soutenir la croissance.

La Banque centrale européenne (BCE) a franchi une nouvelle étape dans sa politique d'assouplissement monétaire en annonçant la baisse de son principal taux directeur, baromètre du coût du crédit en zone euro, à 0,5 %. La dernière baisse remontait à l'été, la BCE l'ayant porté en juillet à 0,75 %.

Evoquant le pacte pour la croissance de 120 milliards d'euros décidé l'an dernier par les chefs d'Etat et de gouvernement des 27, José Manuel Barroso a lui reconnu que sa «concrétisation reste en dessous de nos attentes».

Il souhaite lors du prochain sommet européen «renforcer cette dimension, notamment avec un plan plus ambitieux de lutte contre le chômage des jeunes», a-t-il ajouté après avoir reçu le nouvea président du Conseil italien, Enrico Letta.

Appel lancé par Van Rompuy

Le dirigeant transalpin a de son côté réaffirmé que la lutte contre le chômage des jeunes était la priorité de son gouvernement, évoquant le «cauchemar de son pays et de l'UE».

Les gouvernements et les institutions de l'Union européenne doivent prendre des «mesures immédiates» pour promouvoir la croissance et la création d'emplois, a aussi souligné de son côté au Portugal le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy. Mais selon lui, l'Europe ne peut pas abandonner totalement la lutte pour la réduction des déficits.

Dans un contexte de hausse quasi généralisée du chômage en Europe, avec plus de 19 millions de personnes sans emploi, le taux de chômage des jeunes atteint des records dans les pays les plus fragiles: plus de 59 % en Grèce, près de 56 % en Espagne, mais aussi 38,4 % en Italie et 38,3 % au Portugal.

Dans le cadre du budget pluriannuel pour la période 2014-2020, l'Union européenne a prévu une «Initiative pour les jeunes» dotée de six milliards d'euros pour les régions où le taux de chômage des jeunes est supérieur à 25 %. Treize Etats membres sont concernés.

Discussion à Bruxelles avec la CES

Mais José Manuel Barroso a reconnu jeudi qu'à «elle seule, cette initiative ne pouvait pas résoudre le problème». Il a évoqué des possibilités via le budget européen rectificatif pour 2013, ainsi qu'un «partage» entre des «instruments» européens et des «efforts» au niveau de chaque pays concerné.

Pour la secrétaire générale de la Confédération européenne des syndicats (CES), Bernadette Segol, il existe actuellement un «sens de l'urgence sociale en Europe». Les politiques d'austérité «ont échoué» et «quelque chose doit être fait si on veut que les citoyens restent associés au projet européen», a-t-elle déclaré à l'issue d'une rencontre entre la Commission européenne et les partenaires sociaux européens.

«Il y a prise de conscience de la lassitude sociale. (...) Le sommet européen de juin doit donner des messages concrets dans la lutte contre le chômage des jeunes», a souligné de son côté Enrico Letta.

Reste à convaincre l'Allemagne, toujours hostile à l'augmentation des dépenses et dont la chancelière Angela Merkel a encore rappelé mardi à Enrico Letta sa résolution à lutter contre les déficits.

Milliards d'euros prévus

Le chef du gouvernement italien a annoncé lundi une série de mesures de relance évaluées à quelque 10 milliards d'euros, ce qui l'obligera à prendre des mesures pour ne pas faire gonfler son déficit au delà des 3 %.

José Manuel Barroso s'est dit «très confiant» dans le fait que l'Italie puisse sortir dès cette année de la procédure de déficit excessif.

Dans un rapport publié jeudi, l'OCDE prévoit un déficit public à 3,3% du PIB cette année et 3,8% en 2014.

La Commission européenne doit publier vendredi ses propres prévisions économiques pour la zone euro et le reste de l'UE.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."