Bilan

L'Eurogroupe appelle Londres à agir rapidement

Les ministres des Finances de la zone euro ont pressé Londres d'agir rapidement pour résoudre une situation problématique et mis en garde contre le risque de devenir "Little Britain".

"Je pense qu'il y aura un "Brexit light", que l'Ecosse ne quittera pas (l'UE), que l'Irlande du Nord restera probablement dans l'UE et que la Grande-Bretagne deviendra sans doute la "Petite-Bretagne", avait prédit M. Schelling.

Crédits: Reuters

Les ministres des Finances de la zone euro ont évalué lundi l'impact de la décision britannique de quitter l'Union européenne, mettant en garde le Royaume-Uni contre le risque de devenir en conséquence "Little Britain".

Réunis pour la première fois depuis le référendum britannique du 23 juin, les grands argentiers des 19 pays qui utilisent la monnaie unique ont pressé Londres d'agir rapidement pour résoudre une situation qui cause des problèmes à l'économie européenne.

Lors de cette réunion, le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a présenté ses premières analyses des effets du Brexit sur l'économie européenne. "Ce n'est pas une prévision, c'est une première analyse", a-t-il précisé.

Il a présenté deux scénarios, l'un optimiste et l'autre moins. Pour la zone euro et l'UE (sans la Grande-Bretagne), il a évoqué une possible baisse de 0,2 à 0,5 point de pourcentage de croissance pour l'an prochain.

Lors de ces dernières prévisions de printemps, le 3 mai dernier, la Commission européenne avait tablé sur une croissance de 1,8% en 2017 pour la zone euro et 1,9% pour les 28 pays de l'UE (avec la Grande-Bretagne).

Par ailleurs, avant la réunion des grands argentiers de la zone euro, le ministre autrichien des Finances Hans Joerg Schelling s'était félicité du fait que Theresa May devienne la prochaine Première ministre britannique, mais il avait demandé une "décision rapide" quant à la tenue éventuelle de nouvelles élections pour sortir les marchés de "l'incertitude".

"Je pense qu'il y aura un +Brexit light+, que l'Ecosse ne quittera pas (l'UE), que l'Irlande du Nord restera probablement dans l'UE et que la Grande-Bretagne deviendra sans doute la +Petite-Bretagne+ (Little Britain)", avait prédit M. Schelling.

Le président de l'Eurogroupe, le ministre néerlandais des Finances Jeroen Dijsselbloem, avait également plaidé en faveur d'un règlement rapide: "Le plus tôt, on pourra résoudre cette situation problématique, mieux ce sera" avait confié M. Dijsselbloem aux journalistes.

"Nous nous réjouissons de travailler avec quiconque sort de ce processus démocratique. Et il nous faudra trouver des solutions au Brexit qui cause de nombreux problèmes, non seulement au Royaume-Uni mais aussi à l'Europe", avait expliqué le président de l'Eurogroupe.

Le Premier ministre britannique David Cameron a laissé à son successeur la responsabilité d'officialiser le divorce de son pays de l'UE et de démarrer les pourparlers sur une future relation commerciale, un processus que les Européens veulent voir enclenché le plus vite possible.

Les marchés financiers ont été sujets à une grande volatilité depuis le référendum britannique et la livre a atteint la semaine dernière un plus bas face au dollar depuis 31 ans.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."