Bilan

L'essoufflement des investissements étrangers continue en Chine

Les investissements étrangers en Chine ont progressé de 4,2% sur un an en octobre, accentuant leur net ralentissement sur fond de conjoncture morose.

Une conjoncture internationale "compliquée", des effets de change, mais également le renchérissement du coût du travail dans le pays conduisent à détourner certains investisseurs de la Chine, a reconnu le ministère.

Crédits: AFP

Les investissements étrangers en Chine ont progressé de 4,2% sur un an en octobre, accentuant leur net ralentissement sur fond de conjoncture morose, a annoncé le gouvernement, tout en notant la robustesse des investissements dans le secteur des services.

Hors secteur financier, les investissements directs étrangers (IDE) dans la deuxième économie mondiale ont atteint 8,8 milliards de dollars le mois dernier, selon des chiffres du ministère du Commerce publiés mardi.

Après une hausse de 22% sur un an en août, puis de quelque 7% en septembre, il s'agit donc d'une décélération continue, à l'unisson d'un ralentissement plus général de l'économie en Chine, où se multiplient les indicateurs d'activité moroses.

Sur l'ensemble des dix premiers mois de l'année, les IDE ont néanmoins gonflé de 8,6% sur un an, à 103,7 milliards de dollars, confirmant leur rebond après la quasi-stagnation de 2014 (+1,7%). Mais avec de grandes disparités: sur janvier-octobre, les investissements en provenance du Japon et des Etats-Unis ont dégringolé respectivement de 25% et 14%.

Alors que l'activité manufacturière se contracte en Chine et que le secteur industriel y reste miné par les surcapacités et une demande terne, les investissements étrangers se tournent à plus de 61% vers les services: les IDE dans le secteur des services sur les dix premiers mois de 2015 ont bondi de près de 20% sur un an, à 63,4 milliards de dollars.

Durant cette période, les investissements dans les services de nouvelles technologies se sont en particulier envolés de quasiment 60%, à 6,76 milliards de dollars.

Pékin vante volontiers ses efforts de rééquilibrage de son modèle économique vers une croissance plus durable tirée par la consommation intérieure, les services (lesquels représentent désormais la moitié du PIB) et "une montée en gamme" de l'industrie, au détriment des industries lourdes et des exportations bon marché.

Une conjoncture internationale "compliquée", des effets de change, mais également le renchérissement du coût du travail dans le pays conduisent à détourner certains investisseurs de la Chine, a reconnu le ministère lors d'une conférence de presse.

De leur côté, les investissements des firmes chinoises à l'étranger (toujours hors secteur financier) ont monté de 14,3% sur un an en octobre, à 7,9 milliards de dollars.

Sur les dix premiers mois de 2015, ils ont progressé de 16,3% à 95,2 milliards, a ajouté le ministère, mettant en avant les financements d'infrastructures.

La Chine encourage activement ses entreprises à investir à l'étranger, notamment pour conquérir de nouveaux marchés, acquérir des technologies ou s'assurer des approvisionnements de matières premières.

En 2014, les investissements chinois à l'étranger avaient gonflé de 14%, dépassant pour la première fois la barre des 100 milliards de dollars.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."