Bilan

L'accord de libre échange avec la Chine peine à se déployer

L'accord de libre-échange avec la Chine, entré en vigueur le 1er juillet 2014, demeure un jalon important de la politique extérieure de la Suisse.

La Chine est restée l'an dernier le sixième marché d'exportation pour les produits helvétiques et le quatrième fournisseur de la Suisse.

Crédits: Reuters

L'accord de libre-échange avec la Chine, entré en vigueur le 1er juillet 2014, demeure un jalon important de la politique extérieure de la Suisse. Les milieux économiques tirent un bilan provisoire positif, même si l'effet sur les relations commerciales entre les deux pays se fait attendre.

Les exportations suisses vers la Chine ont progressé de 3,5% durant la période de juillet à avril, selon les statistiques publiées par l'Administration fédérale des douanes (AFD). Les importations ont enregistré une hausse plus sensible, de 5,7%.

Le commerce extérieur avec la Chine a progressé plus fortement qu'avec le reste du monde. Durant cette période, les exportations de la Suisse ont augmenté de 1,7%, alors que les importations se sont étoffées de 2,6%, relève le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).

La Chine est restée l'an dernier le sixième marché d'exportation pour les produits helvétiques et le quatrième fournisseur de la Suisse. Le déficit de la balance commerciale s'est toutefois aggravé, passant de 3,18 à 3,33 mrd CHF.

L'économie suisse fondait d'immenses espoirs au moment de l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange. Le secteur de l'exportation ne pouvait en effet que se réjouir d'un accord qui ouvrait encore plus grand les portes d'un marché de 1,4 milliard de consommateurs.

La Suisse est parvenue à prendre une longueur d'avance sur d'autres Etats qui cherchaient également à conclure un accord de libre-échange. Elle est devenue un des premiers pays à s'assurer un accès facilité au marché de la deuxième puissance industrielle mondiale.

Avec cet accord, la Suisse a obtenu un avantage concurrentiel extrêmement précieux dans une période difficile, affirme encore aujourd'hui economiesuisse, la Fédération des entreprises suisses. Le commerce extérieur avec la Chine va fortement progresser à moyen et long terme, estime Jan Atteslander, responsable des relations économiques extérieures chez economiesuisse.

Le SECO partage le même point de vue. Le développement récent des relations commerciales entre la Chine et la Suisse apparaît plus dynamique en tenant compte du ralentissement de la croissance dans l'empire du Milieu. Les taux de croissance ont pratiquement été divisés par deux dernièrement, relève le Secrétariat d'Etat à l'économie.

DÉFAUTS DE JEUNESSE

L'industrie du textile reste également positive. "Malgré un environnement de marché difficile, les exportations de textiles suisses ont augmenté de 3,5% en 2014", note le directeur de Swiss Textiles Peter Flückiger.

Le constat est aussi favorable pour les importations. L'accord permet un approvisionnement meilleur marché en matériaux, ce qui représente un avantage concurrentiel pour les producteurs suisses face à la concurrence européenne.

Un aspect problématique est que l'accord n'a pas été mis en oeuvre partout systématiquement dès le début. "Ces défauts de jeunesse ont toutefois entre-temps été corrigés pour la plupart", explique Peter Flückiger.

L'industrie horlogère espère également que l'accord va stimuler ses exportations. La branche devait en particulier bénéficier de l'abaissement des droits de douane. Les exportations vers la Chine ont toutefois sensiblement reculé ces deux dernières années.

Alors que des prévisions très optimistes étaient formulées il y a un an, l'accord de libre-échange n'a pas encore produit d'effets concrets sur les exportations, reconnaît Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH). Cela est normal, car il y a encore des problèmes de mise en oeuvre, estime-t-il.

Les exportations horlogères vers la Chine ont fléchi l'an dernier de 3,1%. Jean-Daniel Pasche explique ce recul par le ralentissement de la croissance chinoise, la lutte contre la corruption et la hausse des achats des touristes chinois à l'étranger. "Nous avons connu une forte croissance pendant plus de dix ans en Chine. Nous devons accepter une période de consolidation durant quelques années".

Tous les espoirs ne sont pas enterrés, à en croire les données du SECO. Les expériences avec les précédents accords ont montré que les relations commerciales avec les partenaires de libre-échange ont progressé beaucoup plus fortement que la moyenne durant les quatre premières années après l'entrée en vigueur de l'accord.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."