Bilan

Johann Schneider-Ammann veut stimuler le commerce avec l'Iran

Le président de la Confédération veut durant sa visite de deux jours donner une impulsion aux échanges économiques entre la Suisse et l'Iran.

Le ministre de l'économie n'est de loin pas le seul à s'intéresser à l'Iran: les hommes politiques de haut rang du monde entier se pressent à Téhéran depuis la levée des sanctions.

Crédits: Keystone

Johann Schneider-Ammann se rend ce vendredi en Iran. Le président de la Confédération veut approfondir durant sa visite de deux jours les relations avec la République islamique et donner une impulsion aux échanges économiques entre les deux pays.

Le ministre de l'économie n'est de loin pas le seul à s'intéresser à l'Iran: les hommes politiques de haut rang du monde entier se pressent à Téhéran depuis la levée des sanctions occidentales. Tous espèrent y réaliser des affaires fructueuses.

Les questions économiques et financières figureront au premier plan des discussions. Johann Schneider-Ammann se penchera notamment sur l'adhésion à l'Organisation mondiale du commerce (OMC) souhaitée depuis des années par l'Iran.

Le Bernois doit rencontrer samedi le président iranien Hassan Rohani, ainsi que de nombreux ministres et dignitaires iraniens. Dimanche matin, le conseiller fédéral prononcera un discours consacré à la politique économique à l'Université de Téhéran.

En raison des liens étroits entre politique et économie en Iran, cette visite d'Etat a un important rôle facilitateur pour les entreprises suisses. Le président de la Confédération est en effet accompagné d'une délégation économique et scientifique d'une quarantaine de personnes, qui en profitera pour prendre des contacts avec les autorités locales et les acteurs de différentes branches.

Avec un peu de prudence, les managers qui font le déplacement pourront également en profiter pour glaner des idées d'affaires. Le marché iranien - verrouillé pendant des années - offre avec ses 80 millions d'habitants des opportunités dans pratiquement tous les secteurs.

Coopération dans la formation et la recherche

Les liens économiques entre la Suisse et l'Iran ont fortement souffert par le passé des sanctions de l'Occident contre la République islamique. Auparavant, les affaires étaient toutefois fructueuses entre les deux pays.

Les discussions porteront également sur les droits de l'homme, l'Etat de droit et la sécurité régionale. Un dialogue sur la migration est déjà en cours. La possibilité d'une coopération plus étroite en matière de formation, de recherche et d'innovation sera aussi évoquée, selon un communiqué du Département fédéral de l'économie, de la formation et de la recherche (DEFR).

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."