Bilan

Immigration: patrons et syndicats saluent le compromis

L'Union suisse des arts et métiers (USAM) juge "acceptable" la mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse proposée par la commission des institutions politiques du Conseil national.

Le fait que les étudiants ne soient pas considérés comme travailleurs actifs immigrés est également important pour conserver une Suisse forte dans le domaine de la formation.

Crédits: Keystone

L'Union patronale suisse (UPS) et l'Union suisse des arts et métiers (USAM) saluent le concept de mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse proposée par la commission des institutions politiques du Conseil national. Les syndicats estiment par contre qu'il faut davantage de protection.

La solution proposée est "acceptable" et permet "d'améliorer l'intégration d'étrangers sur le marché du travail", juge vendredi l'USAM dans un communiqué.

"Le renoncement à des contingents fixes et la régulation de l'immigration à travers le renforcement des travailleurs indigènes constituent la bonne voie à emprunter", estime l'organisation faîtière des petites et moyennes entreprises suisses.

"Si les chômeurs cherchant un emploi peuvent être dirigés rapidement et de manière ciblée vers des employeurs par le truchement des Offices régionaux de placement (ORP), les conditions de recrutement du personnel s'en trouvent optimisées", souligne pour sa part l'UPS dans un communiqué.

L'USAM rejette cependant la possibilité d'un droit de recours des autorités concernant l'engagement de nouveaux collaborateurs.

Une question en suspens

Une clause de sauvegarde permettra au Conseil fédéral de prendre des mesures supplémentaires lorsque l'immigration dépassera un certain niveau. Mais "il faudra contenir au minimum l'effort et les procédures bureaucratiques, tout en ne perdant pas de vue le but de la réduction de l'immigration", insiste la faîtière des employeurs, rejointe par l'USAM.

L'Union syndicale suisse (USS) ne comprend néanmoins pas pourquoi l'obligation de communiquer les postes vacants "n'entrera en vigueur que si les chiffres de la migration atteignent un certain niveau. Elle doit être introduite sans délai et sur la durée."

L'UPS salue en outre la compétence dévolue au Conseil fédéral de pouvoir introduire des mesures de contrôle supplémentaires, qui seront toutefois présentées à un comité mixte Suisse/UE. La question reste cependant en suspens de savoir ce qui se passera lorsqu'une telle mesure, jugée nécessaire du point de vue suisse, sera refusée par ce comité mixte, relève l'UPS.

Le fait que les étudiants ne soient pas considérés comme travailleurs actifs immigrés est également important pour conserver une Suisse forte dans le domaine de la formation.

Autres mesures attendues

Les employeurs "tiennent à faire leur part de l'effort de limitation de l'immigration en agissant sur le marché du travail", explique l'UPS.

Mais "pour obtenir un fléchissement tangible de l'immigration", des mesures doivent aussi "impérativement" être concrétisées concernant les personnes accueillies provisoirement, les bénéficiaires des prestations complémentaires et de l'aide sociale au titre du regroupement familial, pointe l'USP.

L'USS appelle, elle, à ce que la Confédération, les cantons et les partenaires sociaux éliminent "rapidement et systématiquement les abus commis en matière de libre circulation des personnes". L'association syndicale demande "des mesures relatives au marché du travail qui ne soient pas discriminatoires, mais compatibles avec les accords bilatéraux".

Meilleure protection des employés contre les licenciements et des salaires, amendes plus élevées en cas d'abus et suppressions des obstacles à l'extension du champ d'application des conventions collectives de travail (CCT) figurent notamment parmi ses revendications.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."