Bilan

Hyatt exploitera le resort du golf de Pont-la-Ville

Devisé à 350 millions de francs, le projet prévoit la construction d’un hôtel de luxe, de plusieurs résidences hôtelières d’appartements, d’un spa. Un investissement pharaonique sur les bords du lac de la Gruyère.

Le parcours de golf a pour décor le lac de la Gruyère et les Préalpes fribourgeoises.

Crédits: @Golf Resort La Gruyère

Dans le canton de Fribourg, le Golf Resort La Gruyère à Pont-la-Ville a-t-il franchi une étape décisive sur le chemin de sa réalisation? C’est l’espoir de ses promoteurs qui ont invité, le 17 juin 2019, les médias et des acteurs politiques régionaux, cantonaux et fédéraux à la présentation du projet immobilier et à la signature du contrat avec l’exploitant hôtelier. «Cela fait dix ans que nous attendons ce moment. Mais il fallait se donner le temps pour trouver les meilleurs partenaires. Et, aujourd’hui, nous sommes récompensés», souligne Urs Müller, directeur général et cheville ouvrière de ce projet avec son épouse Martine, dans un cadre qualifié de magique par tous les intervenants.

Un investissement de 350 millions

Devisé à 350 millions de francs, le programme immobilier, hôtelier et golfique prévoit la construction d’un hôtel cinq étoiles de 85 chambres et suites, de 27 à 30 résidences hôtelières, de deux à trois restaurants, d’un centre de séminaires d’environ 800 mètres carrés, d’un spa wellness de luxe de 2500 mètres carrés à 3000 mètres carrés, de 105 appartements du 2,5 pièces au 5,5 pièces vendus en résidence principale et secondaire, d’un parcours de golf de 18 trous agrandi à 5900 mètres avec un par 71 et d’un beach-club. Lorsqu’il sera achevé, soit d’ici quatre à cinq ans, le Golf Resort La Gruyère emploiera environ 160 collaborateurs à l’année.

Le groupe Hyatt exploitera l’hôtel (l’unique cinq étoiles du canton) et les résidences hôtelières sous la marque Alila. Spécialisée dans le bien-être et le lifestyle, celle-ci ouvrira pour l’occasion son premier établissement en Europe. Le parcours de golf sera dessiné par Robert Trent Jones Jr., un architecte mondialement connu dans ce domaine. La conception de l’hôtel et des résidences hôtelières a été confié au bureau d’architecture parisien AW².

17 000 francs le mètre carré

Les prix de vente des appartements, qui disposeront d’une conciergerie, varient entre 1,4 million de francs et 8,3 millions de francs. Les prix moyens pondérés des deux premiers lots atteignent 17 000 francs le m²et 18 000 francs le m². Leur commercialisation débute dès maintenant, tandis que leur livraison est programmée pour 2021. La clientèle visée est à la fois helvétique et internationale. Il n’y a aucune restriction à la lex Koller et à la lex Weber. D’importants investissements ont déjà été consentis dans le marketing avec une campagne promotionnelle dans la presse, les réseaux sociaux, les aéroports de Zurich et de Genève, etc.

Le Chinois qui joue un rôle-clé

Pour mener à bien ce projet, le holding Ben Golf Investissements peut compter sur l’engagement de ses actionnaires: l’homme d’affaires chinois  YongJun Li (50% du capital), la société française Soviar (30%) qui est le holding de la famille Benedetti active dans la construction et les parcours de golf, ainsi qu'Urs et Martine Müller (20%). L’investisseur chinois n’était pas présent à Pont-la-Ville. «Il a été retenu à Pékin où il participe à un congrès de l’Unesco au sein de laquelle il est aussi actif», indique Urs Müller à Bilan.

Le projet de construction d’un resort à Pont-la-Ville remonte en 2009. Puis le projet s’est enlisé jusqu’à l’arrivée de l’actionnaire chinois. Mais les doutes sur sa concrétisation et surtout sur la rentabilité de l’investissement demeurent.  Dans les milieux touristiques et immobiliers, personne ne veut critiquer ouvertement le projet. Mais certains acteurs craignent que le nombre d’acquéreurs de résidences principales et secondaires soit insuffisant pour assurer la viabilité du projet. Malgré un paysage somptueux avec le lac de la Gruyère, la Berra, le Moléson et la chaîne des Vanils, Pont-la-Ville reste éloignée des centres et de la culture. De surcroît, dans les Préalpes, la pratique du golf est liée aux caprices de la météo.

Urs Müller est pourtant très optimiste: «nous parviendrons à vendre toutes nos résidences principales et secondaires d’ici trois ans.» Le rendez-vous est pris.

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Economie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."