Bilan

Hausse de 0,5% du PIB suisse au premier trimestre

Selon le Seco, la croissance a accéléré d'un demi-point sur les trois premiers mois de l'année. Sur un an, le PIB a progressé de 2%.

Les investissements dans la construction, qui ont profité d'un hiver clément, ont enregistré une forte progression de 2,7% sur les trois premiers mois de l'année. Les exportations de biens ont aussi augmenté de 2,7%.

Crédits: Keystone

La Suisse a enregistré une solide croissance économique en début d'année, grâce notamment à la bonne tenue du secteur de la construction. La consommation privée est cependant restée atone, soulevant des interrogations sur la poursuite de l'embellie conjoncturelle cette année.

Le produit intérieur brut (PIB) de la Suisse a progressé de 0,5% au premier trimestre 2014 par rapport au trimestre précédent, après une croissance de 0,2% sur les trois derniers mois de 2013, a annoncé mercredi le Secrétariat d'Etat à l'économie (Seco). Sur un an, le PIB a augmenté de 2,0% pendant la période sous revue, a souligné le Seco dans un communiqué.

Ces chiffres sont conformes aux prévisions des économistes interrogés par AWP. Ces derniers misaient sur une progression du PIB entre 0,5% et 0,7% comparé au trimestre précédent et une hausse de 1,7% à 2% sur un an.

A titre de comparaison, le PIB de la zone a progressé de seulement 0,2% sur les trois premiers mois de l'année.

Les investissements dans la construction, ayant profité d'un hiver clément, ont enregistré une forte progression de 2,7% sur les trois premiers mois de l'année. Les exportations de biens ont augmenté de 2,7% et celles des services de 1,3%.

Par contre, les dépenses des ménages ont quasiment stagné à +0,1%, tandis que celles de l'administration publique ont baissé de 0,8%. Les biens d'équipement ont reculé de 1,5%. Les importations de biens et de services ont quant à elles reculé de 1,6%

Le Seco a également revu à la hausse les chiffres pour le quatrième trimestre 2013, où la PIB a finalement augmenté de 1,7% sur un an, tandis qu'il est resté inchangé à +0,2% comparé au troisième trimestre 2013.

POURSUITE DE LA POLITIQUE MONÉTAIRE ACCOMMODANTE

Les analystes de VP Bank se sont déclarés "surpris" par la faible croissance des dépenses des ménages et la hausse dans la construction. Ce secteur devrait faiblir dans le courant de l'année, au bénéfice des investissements dans les biens d'équipement.

Malgré la solide croissance de l'économie suisse, cette dernière ne montre pas de signe de surchauffe, ont souligné les spécialistes de Credit Suisse. Cette situation devrait permettre à la Banque nationale suisse (BNS) de conserver sa politique monétaire accommodante, d'autant plus que la faiblesse de la consommation privée limite la progression des prix.

L'institut Bakbasel s'est quant à lu interrogé si la croissance allait se poursuivre, vu la faiblesse de la demande intérieure et les éléments exceptionnels qui ont notamment soutenu la construction en début d'année.

Pour l'ensemble de l'année, le Seco table sur un PIB en hausse de 2,2% et de 2,7% en 2015. La BNS s'attend environ 2% en 2014.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."