Bilan

Gros plan sur les relations entre Cahuzac et les pharmas

L'activité de consultant pour l'industrie pharmaceutique de Jérôme Cahuzac va être étudiée par les enquêteurs. Son avocat reconnaît qu'une partie des sommes versées sur son compte provenait de ce travail.
«Ce compte n'a pas été abondé depuis 2001 et l'essentiel de ses revenus provenait de son activité de chirurgien et accessoirement de son activité de consultant», a déclaré mardi l'un des avocats de Jérôme Cahuzac, Me Jean Veil, précisant que la plupart des faits visés par l'enquête seraient «largement prescrits».



Un témoin interrogé dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte le 8 janvier avait déjà déclaré que «les sommes versées sur ce supposé compte proviendraient de laboratoires pharmaceutiques», selon le parquet de Paris.

Eventuels avantages

L'ancien ministre du Budget a été mis en examen mardi pour, entre autres, «blanchiment de perception par un membre d'une profession médicale d'avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la Sécurité sociale».



En clair, les juges veulent savoir si Jérôme Cahuzac a voulu masquer l'origine de fonds provenant d'éventuels avantages indus touchés dans le cadre de son activité de consultant.



L'homme politique a été conseiller technique au ministère de la Santé de 1988 à 1991, participant en particulier à la politique du médicament. Ce ministère se montra rigoureux vis-à-vis des laboratoires, notamment pour réduire les dépenses de santé.

Activité pas illégale

Après cette activité ministérielle, il a créé son activité de consultant pour l'industrie pharmaceutique par le biais du cabinet Cahuzac Conseil en 1993.



Révélée par le site «Mediapart», l'activité de cette société a atteint 1,9 million de francs français en 1993-94 (environ 460'000 francs suisses), 1,6 million de francs en 1994-95 pour du «conseil en lobbying» et de «l'exploitation de brevets», avant de diminuer pour être ramenée à zéro en 1997, année de l'élection de Jérôme Cahuzac à l'Assemblée nationale.



Cette activité n'a rien d'illégal, mais des élus demandent des éclaircissements sur les bénéfices politiques tirés par Jérôme Cahuzac de ses relations avec l'industrie pharmaceutique.
François-Xavier Lanfray

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."