Bilan

Grèce: pas de discussions sur une nouvelle aide avant août

Les discussions sur un éventuel nouveau programme d'aide pour la Grèce n'interviendront pas avant la fin de l'été, a priori en août.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, voulait envoyer à la Grèce "un signal de solidarité" avant le scrutin européen prévu fin mai, mais la chancelière Angela Merkel a mis un frein à ce projet dimanche, selon l'hebdomadaire der Spiegel.

Crédits: DR

Les discussions sur un éventuel nouveau programme d'aide pour la Grèce n'interviendront pas avant la fin de l'été, a priori en août, a indiqué lundi le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, ce qui devrait refroidir les attentes des autorités grecques.

"Si le programme actuel est respecté, il y aura des tranches d'aide versées (à la Grèce) d'ici mai (...) Il n'y aura pas d'urgence à parler d'un nouveau programme d'aide pour la Grèce, donc nous parlerons de l'avenir en août", a-t-il affirmé lors de son arrivée à la réunion de la zone euro à Bruxelles.

"Nous avions toujours dit que nous attendions la publication fin avril des chiffres officiels d'Eurostat concernant l'excédent primaire (de la Grèce). Si un nouveau plan d'aide est nécessaire, cela nous amènera après l'été", a-t-il indiqué, tout en soulignant que la question est désormais de "réduire" la dette grecque.

"C'est précisément ce dont nous parlerons après l'été. Comment allons-nous réduire la dette grecque et qui va le faire?", a-t-il ajouté.

Cette déclaration devrait refroidir les autorités grecques qui espéraient des discussions plus tôt dans l'année sur ce sujet sensible, qui agite beaucoup en Allemagne.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, voulait envoyer à la Grèce "un signal de solidarité" avant le scrutin européen prévu fin mai, mais la chancelière Angela Merkel a mis un frein à ce projet dimanche, selon l'hebdomadaire der Spiegel.

La dirigeante conservatrice a averti le gouvernement grec qu'il ne devait pas compter sur un signal de Berlin quant à un éventuel nouveau plan d'aide avant les élections européennes, alors qu'Athènes misait sur un allègement rapide de sa dette, en vertu d'engagements pris par ses partenaires européens en 2012 à condition que le pays ait enregistré un excédent primaire en 2013.

Selon le Premier ministre grec Antonis Samaras dimanche, la Grèce a dégagé un excédent budgétaire primaire (sans prendre en compte le service de la dette) de plus de 1,5 milliard d'euros en 2013, dépassant les exigences de ses prêteurs mais les chiffres officiels ne seront pas publiés avant fin avril.

Entre-temps, la Grèce devrait, si tout va bien, recevoir des tranches d'aide de ses prêteurs dans le cadre du programme d'aide actuel, ce qui devrait assurer ses besoins jusqu'à la fin de l'été, selon M. Dijsselbloem.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."