Bilan

Gouvernements et élus européens s'affrontent pour doter l'UE d'un budget ambitieux

La Finlande a soumis à la fin de son semestre de présidence de l'UE un projet de budget de 1.087 milliards d'euros représentant 1,07% du Revenu national brut des Etats membres après avoir taillé près de 200 milliards dans la proposition présentée par la Commission européenne.

Les Etats membres sont eux-mêmes divisés sur la proposition de la présidence finlandaise et ont mandaté le nouveau président du Conseil européen pour négocier un compromis acceptable par toutes les institutions.

Crédits: Keystone

La Commission et le Parlement européen ont rejeté mercredi comme "inacceptables" les coupes effectuées par les Etats membres dans le projet de budget européen pour la période 2021-2027 et ont exigé des ressources conséquentes.

La Finlande a soumis à la fin de son semestre de présidence de l'UE un projet de budget de 1.087 milliards d'euros représentant 1,07% du Revenu national brut des Etats membres après avoir taillé près de 200 milliards dans la proposition présentée par la Commission européenne.

"C'est une véritable provocation. Ce n'est pas discutable", s'est insurgé l'Allemand Manfred Weber, le patron du groupe du Parti Populaire Européen (PPE, droite pro-européenne), lors d'un débat pendant la session plénière à Strasbourg. Le Parlement européen s'est prononcé pour un budget pluriannuel représentant 1,3% du RNB des Etats membres, soit 237 milliards de plus que la proposition discutée.

Tensions et désaccords

Présidente du groupe socialiste, la deuxième force du Parlement européen, l'Espagnole Iratxe Garcia Perez, l'a pour sa part jugée "irréelle" et "inacceptable". Elle a réclamé des ressources financières "à la hauteur" des ambitions de l'UE. "Jamais nous n'accepterons de faire plus avec moins", a-t-elle averti.

Les Libéraux du groupe Renew Europe, troisième force politique, ont exigé des ressources propres pour "éviter que le budget de l'UE ne soit à la main des Etats membres qui négocient selon le principe qui perd et qui gagne", a insisté leur chef, le Roumain Dacian Ciolos. Le budget européen est abondé par les contributions des Etats membres.

Les trois groupes constituent la majorité en soutien de la Commission européenne. Sa présidente, l'Allemande Ursula von der Leyen, a également déploré les coupes réalisées par la Finlande et a plaidé pour un budget approprié qui permette à l'UE d'être "cohérente avec ses ambitions et ses engagements".

"Si le budget européen est trop petit, la seule solution ce sont des ressources propres et les revenus de l'ETS, le système communautaire d'échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre pourrait être une source de ressources propres", a-t-elle déclaré.

Ces droits à polluer sont vendus au prix de 25 euros la tonne de CO2 et le prix pourrait passer la barre des 30 euros la tonne en 2021 selon les experts.

"J'espère que Charles Michel parviendra à dégager un consensus équilibré et ambitieux", a dit la présidente de la Commission.

Les Etats membres sont eux-mêmes divisés sur la proposition de la présidence finlandaise et ont mandaté le nouveau président du Conseil européen pour négocier un compromis acceptable par toutes les institutions.

"Ce sera très complexe car le sujet est compliqué", a-t-il confessé mercredi au cours du débat.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."