Bilan

Genève abriterait des fonds détournés d'Argentine

La banque privée Lombard Odier se retrouve citée en Argentine dans une affaire de détournement de fonds. Le nom de la présidente Kirchner est mentionné.
De l'argent argentin détourné à hauteur de 55 millions d'euros dormirait dans les comptes de Lombard Odier à Genève, a accusé Jorge Lanata, journaliste vedette en Argentine, qui se base sur des témoins.

Un entrepreneur du nom de Lázaro Báez est suspecté d'avoir détourné cet argent destiné aux travaux de construction publique et de servir de prête-nom au couple présidentiel, dont il est un des proches, rappelle le Tages-Anzeiger dans son édition de mercredi.

Lázaro Báez avait ainsi dîné avec Nestor Kirchner le soir où l'ancien président argentin avait succombé à une crise cardiaque le 27 octobre 2010, aime à rappeler Eduardo Arnold, l'ex-vice-gouverneur de la province de Santa-Cruz, d'où sont originaires les familles des deux hommes.

Société offshore au Belize

Jorge Lanata a présenté un supposé extrait bancaire de Lombard Odier lors de son émission sur la télévision argentine, précisant que ce compte appartenait à une société offshore du nom de Teegan, basée au Belize et dont l'actionnaire principal n'est autre que Martín Antonio Baéz, l'un des deux fils de l'homme d'affaires. Selon ce document, un transfert de 1,5 million de dollars a été effectué au début mars 2011

Toujours selon Jorge Lanata, des valises d'argent faisaient la navette entre Buenos Aires et la province de Santa Cruz avant d'être transférées à l'étranger. Le journaliste a également précisé que ce réseau de blanchiment d'argent comprenait pendant un certain temps le conseiller financier Federico Elaskar et son institut financier SGI basé dans les beaux quartiers à Buenos Aires.

Dans une interview, le financier a ajouté que le système s'articulait autour de sociétés offshore domiciliées au Panama et à Belize, avec des comptes séparés à la banque privée genevoise Lombard Odier.

Lombard Odier étudie les faits

Le transporteur actif dans le réseau, Leonardo Fariña, a attiré l'attention lorsqu'il s'est mis à conduire des Ferrari et à porter des montres de grand luxe. Fariña transférait les fonds lors de vols de nuit à destination de Buenos Aires. Lors d'un entretien en caméra cachée, Fariña s'est vanté de gérer une fortune de cinq milliards de francs. Il a disparu après la diffusion de cette interview et les autorités argentines ont lancé des mandats d'arrêts.

Lombard Odier n'a pas voulu prendre position sur cette affaire mais se dit prêt à étudier les faits. Quant à l'autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA), elle a rappelé qu'elle ne s'exprime pas sur les cas individuels.
Pascal Schmuck

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."