Bilan

Restaurateurs face au Covid: «Genève ne laisse tomber personne»

Ministre chargée de l’Economie de la République, Nathalie Fontanet se bat pour soutenir les restaurateurs et les entreprises touchés par la pandémie.

Nathalie Fontanet.

Crédits: Keystone

Depuis octobre dernier, Nathalie Fontanet est au front dans le canton de Genève face à la crise du Covid-19 qui frappe l’économie Conseillère d’Etat chargée du Département des finances et des ressources humaines ainsi que du Département du développement économique, la ministre libérale-radicale a la lourde tâche de soutenir les entreprises que la pandémie menace de faillite.

Bilan: Les restaurateurs sont-ils soutenus de la même manière que les autres entrepreneurs du canton?

Nathalie Fontanet: Absolument. L’aide aux cas de rigueur est ouverte à tous les secteurs d’activité et donc aux restaurateurs. Pour y avoir droit, il faut soit avoir dû fermer au moins 40 jours, soit avoir subi une perte d’au moins 25% du chiffre d’affaires en 2020, par rapport à la moyenne du chiffre d’affaires réalisée en principe les deux années précédentes.

Les restaurateurs genevois ont en outre bénéficié à la fin de 2020 d’un dédommagement supplémentaire, calculé en fonction de la surface de l’entreprise (50 francs par mètre carré), ainsi que d’une prise en charge automatique de la part patronale de leurs charges sociales découlant de la RHT et d’une possibilité d’obtenir une exonération de leur loyer commercial pour les mois de novembre et de décembre.

De nombreux entrepreneurs se plaignent de ne pas recevoir d’aide de l’Etat. Qu’en est-il de l’action du gouvernement?

De manière générale, les procédures se sont maintenant accélérées depuis le mois de février et nombre de demandeurs ont reçu ces dernières semaines l’aide qu’ils attendaient. Une trentaine de nouveaux collaborateurs sont ainsi venus renforcer nos services.

Il arrive aussi que, dans certains cas, les conditions d’obtention ne sont pas remplies. Par exemple, Genève soutient les entreprises qui n’arrivent pas à payer leurs charges, contrairement à celles dont le chiffre d’affaires permet encore de couvrir leurs frais fixes et qui sont par conséquent toujours bénéficiaires. Parallèlement, nous recevons souvent des dossiers incomplets ou qui comportent des erreurs. Il nous faut inviter les entreprises à fournir les compléments d’information nécessaires, ce qui se répercute sur le temps de traitement des dossiers et donc sur le versement des aides.

Quel montant le canton de Genève a-t-il versé en aides à fonds perdu aux entreprises genevoises?

Au 22 mars 2021, cette somme s’élevait à plus de 189 millions de francs, en hausse de près de 74 millions sur dix jours ouvrables.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."