Bilan

G20: aide aux pays pauvres et taxation internationale au menu des argentiers

La coordination des mesures de relance visant à contrer les effets de la pandémie de coronavirus, l'aide aux pays pauvres et la taxation internationale devraient figurer au centre d'une visio-conférence des grands argentiers du G20 qui se réuniront mercredi sous présidence italienne.

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a proposé le recours à une nouvelle émission de droits de tirage spéciaux (DTS) de 650 milliards de dollars.

Crédits: AFP

Cette rencontre virtuelle des ministres des Finances et banquiers centraux des 20 pays les plus riches du monde se déroulera en marge des réunions du printemps du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale à Washington.

Malgré des signes de reprise de l'économie mondiale, qui devrait croître de 6% en 2021 selon le FMI, "il serait prématuré de retirer les mesures de soutien", car "la pandémie n'est pas encore maîtrisée", a-t-on indiqué de sources proches de la présidence italienne du G20.

"La principale mesure économique et politique est la vaccination", ont relevé ces mêmes sources, soulignant que la reprise était très "inégale" selon les pays.

Pour atténuer l'impact de la pandémie sur les pays les plus pauvres, le G20 finance pourrait décider de prolonger jusqu'à la fin de l'année le moratoire sur le paiement des intérêts de leurs dettes instauré en avril 2020.

Ce moratoire, qui avait été prolongé en octobre jusqu'au 30 juin 2021, a eu un impact assez limité, dans la mesure où "les créanciers privés n'ont pas participé", a-t-on indiqué mardi au ministère français de l'Economie.

Seuls 46 pays, sur 73 éligibles, ont demandé et obtenu que le paiement des intérêts soit différé, pour un montant de 5,7 milliards de dollars, selon le dernier bilan disponible.

En novembre, une nouvelle étape a été franchie avec l'adoption par les ministres des Finances du G20 d'un "cadre commun" pour alléger le fardeau de la dette.

Le G20 finance devrait également soutenir le recours à une nouvelle émission de droits de tirage spéciaux (DTS) du FMI de 650 milliards de dollars proposée fin mars par sa directrice générale Kristalina Georgieva.

Cette nouvelle émission, la première depuis la crise financière en 2009, devrait bénéficier surtout aux pays défavorisés fragilisés par la pandémie.

La proposition formelle sera soumise d'ici juin au conseil d'administration du FMI, et "les DTS pourraient être décaissés en août", selon le ministère français de l'Economie.

Autre sujet à l'ordre du jour, la proposition de la secrétaire américaine au Trésor Janet Yellen de négocier au sein du G20 un accord sur un taux d'imposition minimal pour les entreprises.

Ce projet d'un impôt minimal mondial, porté de longue date par l'OCDE, a été qualifié mardi d'"opportunité historique" par le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire et de "très grande avancée" par le ministre allemand des Finances Olaf Scholz.

Lors de la dernière réunion du G20 en février, les Etats-Unis s'étaient déjà déclarés prêts à soutenir un accord international sur la fiscalité des géants du numérique, qui pourrait intervenir d'ici mi-2021.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."