Bilan

Franc fort et faible reprise en Europe pèsent sur la croissance suisse

Société Générale Private Banking a abaissé ses prévisions de croissance du PIB suisse à 1,5% pour cette année, en raison du franc fort et d'une reprise poussive en Europe.

L'économie suisse demeure résiliente mais souffre toujours d'un franc surévalué et d'une reprise poussive en Europe. 

Crédits: Keystone

L'économie suisse demeure résiliente mais souffre toujours d'un franc surévalué et d'une reprise poussive en Europe. Sur la base de ce constat, Société Générale Private Banking (Suisse) a abaissé ses prévisions de croissance du produit intérieur brut (PIB) à 1,5% pour cette année, contre 1,7% précédemment.

"Nous restons confiants quant à la capacité des entreprises suisses à s'adapter (...) face à une devise qui n'a fait que se renforcer ces dernières décennies", a indiqué jeudi à AWP Alan Mudie, directeur de l'investissement (CIO). Pour 2018, le PIB devrait progresser de 1,6%, à en croire la banque privée genevoise.

M. Mudie affirme par ailleurs que le secteur de la construction et de la rénovation, affaiblis par le volant anticyclique de fonds propres, n'ont pas contribué comme ils le devraient à la croissance suisse.

Cette mesure macroprudentielle conserve toutefois son efficacité pour éviter une surchauffe du marché immobilier, relativise l'économiste. Alan Mudie en veut pour preuve la décision annoncée jeudi par la BNS de reconduire ce dispositif. "Les déséquilibres (sur le marché immobilier) se sont légèrement résorbés, mais il est trop tôt pour changer (de politique)".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."