Bilan

FMI et G20 s'attaquent au problème mondial des pénuries de produits

L'économie mondiale est confrontée depuis des mois à des engorgements sur les chaînes logistiques qui alimentent l'inflation et menacent la croissance, une problématique au coeur des réunions du FMI, de la Banque mondiale et des G20 et G7 Finances à Washington mercredi.

Le sujet sera également évoqué au cours du G20 mercredi, a indiqué une source européenne.

Crédits: AFP

Les problèmes d'approvisionnement, provoqués par un surcroît de demande de transport logistique avec la reprise postpandémie combinée à des pénuries de main d'oeuvre, a conduit le Fonds monétaire international à réviser en baisse les prévisions de croissance de plusieurs pays dont les Etats-Unis, la Chine, l'Allemagne et le Royaume Uni.

Le Chancelier de l'Echiquier britannique Rishi Sunak va ainsi appeler le G7 Finance, qui se réunit mercredi à Washington et dont il tient la présidence jusqu'à la fin de l'année, à une action mondiale face à cette crise.

Alors que son pays est particulièrement affecté par ces dysfonctionnements par ailleurs aggravés par le Brexit, M. Sunak va plaider pour une meilleure "coordination" pour rendre les chaînes d'approvisionnement "plus résilientes".

Le sujet sera également évoqué au cours du G20 mercredi, a indiqué une source européenne.

De leurs côtés, les Etats-Unis ont décidé de prendre des mesures concrètes pour réduire l'engorgement dans leurs ports en trouvant des accords avec les syndicats pour augmenter le volume d'heures travaillées.

Transition énergétique


Le port de Los Angeles et le syndicat américain des dockers ont ainsi accepté de travailler encore plus la nuit et les week-ends pour réduire les files d'attente qui freinent la livraison de nombreux produits, ont indiqué mercredi des représentants de la Maison Blanche.

Plusieurs autres entreprises, dont Walmart, FedEx et UPS, se sont aussi engagées à oeuvrer plus la nuit pour accélérer l'acheminement de leurs conteneurs hors des ports.

Le président américain Joe Biden doit discuter en personne de ces nouvelles initiatives avec des responsables de ces organisations lors d'une table ronde virtuelle.

Signe de l'ampleur du problème qui alimente l'inflation et fait redouter des pénuries à grande échelle dans les magasins, la ministre américaine de l'Economie, Janet Yellen, a pris la parole pour rassurer la population.

"Notre économie se redresse. Donc, il pourra y avoir des pénuries isolées de biens et services dans les mois à venir, mais il y a une offre abondante de biens", a-t-elle assuré sur la chaîne CBS, ajoutant qu'il n'y a aucune raison que les consommateurs paniquent à propos de l'absence de biens qu'ils vont vouloir acheter pour Noël".

Les causes du problème sont multiples.

La production de nombre d'entreprises exploitant des matières premières ou fabriquant des biens est régulièrement perturbée par des pics de contaminations depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Les consommateurs ont parallèlement commandé en masse des produits pour se divertir ou aménager la maison, faute de pouvoir aller au restaurant ou au cinéma.

Transition énergétique


Et de nombreuses entreprises peinent à recruter pour des postes essentiels dans la chaîne d'approvisionnement, des manutentionnaires aux chauffeurs-routiers.

Grand sujet d'inquiétude pour les gouvernements, le fait que ces perturbations alimentent les prix notamment ceux de l'énergie.

En septembre, les prix aux Etats-Unis ont grimpé de 5,4% comparés à septembre 2020, a annoncé le département du Travail.

"De nombreuses pressions sur les prix sont transitoires", a toutefois estimé Vitor Gaspar, directeur du département des finances publiques du FMI, au cours d'une conférence mercredi.

Et alors que les prix de l'énergie pèsent de plus en plus sur les ménages, le Fonds a demandé aux gouvernements de se garder de recourir aux subventions généralisées qui sont très coûteuses et profitent aux ménages riches.

De plus, "pour l'environnement, ils conduisent en fait à des incitations très négatives" en soutenant la consommation d'énergies polluantes, a souligné Paulo Medas, un des responsables du FMI.

Des mesures d'aides ciblées sont sans doute nécessaires pour soutenir les ménages les plus pauvres, a-t-il ajouté, citant la possibilité de subventionner un temps leurs facture d'électricité.

Mais selon M. Medas, le seul moyen de régler définitivement le problème récurrent de la volatilité des prix dans l'énergie est d'accélérer la transition vers les énergies renouvelables.

"Ce sera le seul moyen de rendre la voiture résiliente, de protéger les ménages de cette très grande volatilité de prix du pétrole et du gaz", a-t-il conclu.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."