Bilan

Faucon maltais et costume de Batman aux enchères

Les cinéphiles vont tourner le regard vers la maison de ventes Bonhams à New York le 25 novembre: y seront vendus la statuette du Faucon maltais, un costume de Batman et d'autres objets qui ont fait la légende du 7e art.
  • La statuette du Faucon maltais qui sera vendue à l'automne est celle qui a servi pour le film. Crédits: Freitext
  • Le costume de Michael Keaton dans Batman returns sera également mis en vente. Crédits: Freitext
  • Autre costume célèbre mis en vente: celui de Cary Grant dans Howard le révolté.
  • Enfin, l'uniforme de marin de Steve McQueen dans La cannonière du Yang-Tse pourrait aussi connaître un joli prix lors de cette vente. Crédits: Freitext
Il est en plomb mais ses 20kg valent de l'or: la statuette du faucon maltais qui a servi lors du tournage du film éponyme sera mise en vente le 25 novembre à New York lors d'enchères organisées par la maison Bonhams.

Les experts estiment que cette pièce, joyau de la collection qui sera mise en vente, pourrait atteindre le million d'euros (1,2 million de francs).

«L’accessoire de cinéma le plus important de l’histoire»

Pour les responsables de Bonhams, «cette statue est indiscutablement l’accessoire de cinéma le plus important de l’histoire, aucun autre accessoire ne peut se targuer d’avoir eu un rôle aussi central dans l’Histoire du cinéma». Une œuvre unique, «la seule version connue apparue dans le film», qui appartenait depuis plusieurs décennies à un collectionneur privé. Ce sera d'ailleurs la première fois que cet artefact, ce «McGuffin» comme le surnommait Alfred Hitchcock (l'objet qui donne au récit sa raison d'être) sera mis aux enchères.

Dans le chef d’œuvre réalisé par John Huston en 1941, le détective privé Sam Spade (interprété par Humphrey Bogart, dont c'est le premier très grand rôle) se lance à la poursuite de cette statuette en or censée avoir été offerte au roi d'Espagne par les Templiers.

«The stuff that dreams are made of»

Or dans la fiction, plomb dans la réalité: le rapace est fait de «la matière dont on fait les rêves» («The stuff that dreams are made of», réplique du film). Cet objet symbolise le film qui a lancé les carrières de John Huston et de Humphrey Bogart, désormais à jamais liés sous le signe de ce faucon.

C'est dans la scène finale, dont voici ici l'extrait vidéo, que Humphrey Bogart prononce la célèbre phrase alors que le dénouement tragique vient de s'achever.



La vente, centrée sur le 7e art et organisée avec TCM, reprend d'ailleurs la réplique du film pour son nom et a été baptisée «What dreams are made off : a century of movie magic» par Bonhams.

Le costume de Michael Keaton dans Batman returns

A côté de la statuette du faucon, d'autres objets peuvent faire rêver les cinéphiles, dont un costume de Batman porté par Michael Keaton dans Batman Returns. Inspiré des dessins du comics et dessiné par Bob Ringwood (Excalibur, Dune, Alien 3 et 4, Troie, A.I.), il a été porté par le comédien américain sur le tournage en 1991.

Le costume très particulier est d'ailleurs mis en valeur dans le film et dans la bande-annonce (vidéo ci-dessous).



D'autres costumes emblématiques de l'histoire du 7e art seront mis en vente, dont l’uniforme de marin de Steve McQueen dans «La Canonnière du Yang-Tsé» ou encore la tenue de Cary Grant dans «Howard le révolté».

«Le trésor de la Sierra Madre» et son scenario

Un deuxième trésor d'un film réunissant John Huston et Humphrey Bogart sera également mis aux enchères lors de cette vente: le scénario du film «Le trésor de la Sierra Madre», signé de John Huston lui-même et récompensé par un Oscar en 1948 pour le Meilleur scenario adapté (en plus des Oscars de Meilleur réalisateur pour John Huston et de Meilleur second rôle pour son père, Walter Huston).

Enfin, ces objets et accessoires de la légende hollywoodienne ne viendront pas seulement enrichir les vendeurs: l’argent récolté sera partiellement reversé à la Film Foundation, une organisation créée en 1990 par le réalisateur Martin Scorsese pour protéger et préserver l’histoire des films.
Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à la transition vers une économie plus durable et responsable, au luxe et à l'horlogerie, au tourisme et à l'hôtellerie, à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments.

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."