Bilan

Faible croissance helvétique attendue à court terme

Après cinq mois douloureux, le baromètre conjoncturel du KOF s'est enfin légèrement redressé en mars. L'institut table néanmoins sur une croissance économique plutôt faible.

Le baromètre s'est nettement redressé en mars, remontant de 4,4 points à 97,4 points.

Crédits: Keystone

Le baromètre conjoncturel du KOF, un indicateur à court terme du Produit intérieur brut (PIB) de la Suisse, s'est légèrement redressé en mars, l'institut qui le calcule s'attendant néanmoins toujours à une croissance économique «plutôt faible» sur les prochains mois.

Après s'être détérioré pendant cinq mois d'affilée, ce baromètre s'est nettement redressé en mars, remontant de 4,4 points à 97,4 points, a indiqué le centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'École polytechnique fédérale de Zurich dans un communiqué.

«La récente tendance à la baisse est ainsi enrayée, du moins temporairement», a fait valoir cet institut qui le compile tous les mois, notant cependant que son niveau actuel reste nettement inférieur à sa moyenne. «La conjoncture suisse devrait donc se caractériser par une croissance économique plutôt faible au cours des prochains mois», ont estimé les chercheurs du KOF dans le communiqué.

Rebond industriel

Ce rebond en mars est en grande partie imputable à l'industrie de transformation, en particulier à l'industrie électrique, la métallurgie, la construction mécanique et l'industrie textile, qui se montrent plus positives quant à leurs carnets de commandes et à la situation des affaires.

L'économie suisse, fortement exportatrice, s'appuie sur un vaste secteur pharmaceutique mais aussi sur un important secteur d'équipements électriques et mécaniques, englobant notamment la fabrication de machines-outils ou de machines textiles, qui constitue son deuxième secteur d'exportations.

Si la pharmacie est moins sensible aux aléas de la conjoncture, ce secteur dépend en revanche étroitement du cycle économique et des investissements. Mercredi, le KOF s'était montré prudent quant aux perspectives pour l'économie suisse sur l'ensemble de l'année. Lors de la publication de ses prévisions conjoncturelles, il avait abaissé sa prévision de croissance à 1% pour 2019, contre 1,6% auparavant.

L'institut, qui met à jour ses prévisions chaque trimestre, avait expliqué cette révision par les incertitudes liées au Brexit, le ralentissement économique en Chine et l'affaiblissement de la zone euro, le premier partenaire commercial de la Suisse.

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Economie

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."