Bilan

Exporter en quelques mots

L’exportation est une étape cruciale mais délicate pour les PME. Elles ont besoin de clés pour s’y lancer, ce qui est l’objectif du forum de Swiss Export, qui se tient à Aigle ce jeudi 21 novembre.

L'exportation: un véritable casse-tête pour certaines PME.

Crédits: DR

Vendre à l’étranger. L’idée qui paraît si simple et évidente se révèle être un véritable problème pour toute entreprise non-avertie. Les petites et moyennes entreprises (PME) souffrent particulièrement dans ce domaine puisque exporter nécessite des compétences qui ne sont pas forcément présentes dans le contingent de l’entreprise.

Des aides externes sont présentes, et c’est notamment ce qu’essaie d’apporter Swiss Export, une association qui table notamment sur les rencontres entre entrepreneurs et sur quelques services. Swiss Export organise son événement annuel ce jeudi 21 novembre à Aigle. Un événement qui rassemble les patrons et cadres d’entreprises qui échangent sur les défis rencontrés. Il aura lieu au sein de l’Union Cycliste Internationale.

Eviter les pièges

«Si c’est trop beau pour être vrai, c’est que c’est sûrement pas vrai.» Kurt Kupper, porte-parole de Swiss Export, rappelle cette phrase en présentant les principaux pièges à éviter. Toute entreprise qui exporte se doit de vérifier plusieurs éléments avant de lancer une production. Voir si les clients en sont bien, et sont enregistrés dans de réels locaux, réfléchir au pourquoi de l’exportation ou encore analyser les marchés potentiels. «Il y a tellement d’arnaques» souffle Kurt Kupper.

Pour le docteur Christian Waldvogel, Managing partner au sein de la Fondation Renaissance, les entreprises doivent y aller par étapes «afin d’éviter une dilution trop importante des ressources. Ainsi, les PME capitalisent au mieux sur la courbe d’apprentissage représentée par l’ouverture de chaque nouvelle zone d’exportation.» Autrement dit, mieux vaut éviter d’aller trop loin trop vite.

Il s’agit d’un avis parmi d’autres. Christian Waldvogel s’attend à en discuter avec des représentant d’autres secteurs. Un dialogue important, qui lui permet d’élargir ses horizons. «Les PME sont trop souvent cloisonnées au sein de leur propre secteur d’activité, privées ainsi des expériences tout à fait pertinentes de PME actives dans d’autres secteurs.» affirme-t-il.

Kurt Kupper confirme. «Le but est d’avoir des personnes à égalité, qui disent “moi j’ai fait cette bêtise”». L’exemple bien connu est celui des chocolats offerts à un chef d’Etat. Un geste de générosité qui n’a pas eu l’impact souhaité, puisque les chocolats contenaient de la liqueur et le pays en question ne vend pas d’alcool.

Aussi, les questions administratives sont primordiales. La livraison de produits aux Etats-Unis est soumise à des règles particulières, tout comme les questions liées à la TVA.

Des conseils et du service

Swiss Export vit principalement de ses membres et de ses événements. Les coûts du Forum à Aigle s’élèvent à 50 francs par personne. L’association est plus forte en Suisse alémanique, et compte davantage de membres qu’en Suisse romande. «Il y a environ 150 Romands sur 550 personnes» estime Kurt Kupper. L’homme d’origine suisse-allemande précise que la partie francophone de la Suisse se montre généralement plus débrouillard. A comprendre: les Romands donneraient l’impression de plus rapidement trouver des solutions là où les Suisse-Alémaniques diraient que c’est interdit donc inexplorable.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."