Bilan

Employé, dans quel pays es-tu mieux loti?

Lorsqu’on compare les politiques de différents pays, on oublie souvent à quel point les conditions de travail varient pour l’employé moyen. Coup de projecteur sur six pays, dont la Suisse.
  • Les congés payés minimum légaux? 2 semaines en Chine, 5 en France, 4 en Suisse et aucun minimum légal aux Etats-Unis, mais 9 jours en moyenne nationale.

    Crédits: Baker/Platt/Monier/AFP, Bally/Keystone
  • Les congés payés minimum légaux? 2 semaines en Chine, 5 en France, 4 en Suisse et aucun minimum légal aux Etats-Unis, mais 9 jours en moyenne nationale.

    Crédits: Baker/Platt/Monier/AFP, Bally/Keystone
  • Les congés payés minimum légaux? 2 semaines en Chine, 5 en France, 4 en Suisse et aucun minimum légal aux Etats-Unis, mais 9 jours en moyenne nationale.

    Crédits: Baker/Platt/Monier/AFP, Bally/Keystone
  • Les congés payés minimum légaux? 2 semaines en Chine, 5 en France, 4 en Suisse et aucun minimum légal aux Etats-Unis, mais 9 jours en moyenne nationale.

    Crédits: Baker/Platt/Monier/AFP, Bally/Keystone

Le marché du travail occupe typiquement une place déterminante dans les campagnes électorales. Dans bien des discours, certains fantasmes semblent enracinés dans l’imaginaire collectif: les Français seraient des travailleurs plus fainéants que les autres, la flexibilité du marché du travail allemand serait le modèle à suivre, le statut de chômeur n’existerait pas vraiment aux Etats-Unis… Rien qui résiste aux faits, une fois pris en compte l’entier du tableau (charges salariales, allocations chômage, cotisations, pouvoir d’achat). Eléments de comparaison entre la Suisse, la France, le Royaume-Uni, l’Allemagne, les Etats-Unis et la Chine.

Salaire minimum: orientation à la hausse

Une tendance se dégage sur les deux premières décennies du millénaire: les salaires minimaux, qui sont un droit acquis dans la plupart des pays développés à peu d’exceptions près, ont eu tendance à voir leur seuil augmenter partout dans le monde. En Californie, le salaire horaire minimum, l’un des plus élevés des Etats-Unis, va passer de 10 à 15 dollars d’ici à 2022.

Depuis le 1er janvier 2017, Seattle et Washington ont relevé leur paie minimale à 15 dollars/heure. En Europe, l’Allemagne a franchi le pas en intronisant, en 2015, un salaire minimum à 1498 euros brut/mois (environ 1723 francs), qui surpasse celui de l’Hexagone (environ 1703 francs brut/mois). Le Royaume-Uni a décidé en avril dernier d’augmenter le seuil minimum de 4%, à 7,50 livres de l’heure, soit 1619 francs/mois. Il devrait atteindre l’équivalent de 1840 francs suisses d’ici à 2020. 

En Chine, le défi du gouvernement consiste à moduler les salaires minimaux en fonction du coût de la vie dans les différentes provinces. Là-bas, le seuil a été relevé dans 14 régions depuis 2015. Il est intéressant de noter qu’en Chine, un ouvrier du secteur manufacturier gagne maintenant davantage que ses homologues brésiliens, argentins et mexicains, à la suite de la hausse de 300% du salaire horaire moyen qui s’est étendue entre 2005 et 2016.

A Shenzhen et Shanghai, le salaire moyen dépasse 320 dollars par mois. Il faut à cet égard garder en tête les différences considérables de pouvoir d’achat: 1 dollar n’achète pas la même chose en Chine ou aux Etats-Unis. Par exemple, 5,80 dollars achètent 1 Big Mac aux Etats-Unis, et 2 Big Macs en Chine, si l’on se réfère au «Big Mac Index» de la revue britannique The Economist.

Le salaire minimum se veut le garant d’un certain niveau de revenu pour les employés. Mais, si l’on examine l’évolution du ratio du salaire minimum rapporté au salaire médian entre 2000 et 2016, on note une augmentation du ratio: cela peut vouloir dire que, même si le plancher a été relevé un peu partout, plus de gens seraient désormais payés au salaire minimum dans la plupart des pays de l’OCDE.

La Suisse championne malgré tout

Si la France a une place historique dans l’instauration d’un salaire minimum, elle n’a plus la palme du plus généreux d’entre eux. De même, alors que la Suisse n’a pas de salaire minimal, son seuil est en pratique l’un des plus élevés d’Europe. Après plusieurs initiatives populaires rejetées, aucun plancher salarial légal n’est applicable à l’ensemble des travailleurs suisses, à l’exception du canton de Neuchâtel, qui a instauré cette année un salaire minimum légal de 19,70 francs par heure.

Néanmoins, une majorité de conventions collectives de travail assure des salaires planchers obligatoires entre 3300 francs (CCT de la branche du travail temporaire) et 4000 francs, seuil devenu référence pour plusieurs branches (Lidl Suisse l’a adopté, par exemple, mais aussi des boulangeries, brasseries, métiers de la sécurité, ou des horlogers). 

Lourd fardeau pour les travailleurs français

Sans réelle surprise, la France occupe la tête des pays analysés qui connaissent les charges sociales salariales les plus élevées, avec un taux d’environ 22,35% prélevé sur le salaire brut. La Suisse, avec son système à 3 piliers, connaît un taux qui peut varier entre 8% et 14%, mais il faut y additionner la prime maladie de base, que l’on doit obligatoirement souscrire, alors qu’elle est incluse dans les cotisations françaises.

Aux Etats-Unis, les charges sociales restent bien moins élevées qu’en France car les soins de santé ne font pas l’objet d’une assurance maladie: les salariés se couvrent auprès de compagnies d’assurances privées. Outre-Atlantique également, la caisse du chômage est presque entièrement financée par les taxes payées par l’employeur, mais il faut ajouter dans certains Etats une cotisation chômage, formation et invalidité. 

Pour avoir le salaire net le moins grevé par des charges sociales, il faut regarder du côté de l’employé au bas de l’échelle au Royaume-Uni, en raison des prélèvements sociaux sur les bas salaires, qui sont faibles, voire inexistants selon les cas. 

Indemnisation chômage: une France vraiment plus généreuse?

En termes de sécurité de l’emploi, la Suisse détient des chiffres flatteurs aux côtés du Danemark. Selon l’OCDE, le risque moyen de perdre son emploi est estimé à 1,7% en Suisse. L’Allemagne la talonne avec 2,7%. En France, le risque de perdre son emploi est estimé à 4,6%.

Il reste vrai que la France propose les conditions de chômage les plus généreuses du Vieux-Continent, avec une affiliation minimale de quatre mois d’activité au cours des 28 derniers mois. A titre comparé, il faut avoir cotisé douze mois en Suisse et en Allemagne durant les deux dernières années qui ont précédé la première inscription au chômage. 

Le Royaume-Uni est quant à lui l’un des pays qui proposent les conditions les moins avantageuses pour les salariés, tant pour les prérequis que pour le montant des prestations et leur durée.

Mehdi Piccand

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."