Bilan

«Emirates a perdu de l’argent pour la première fois depuis 1985»

Le directeur général d’Emirates Suisse évoque la crise majeure qui secoue toujours les compagnies aériennes.

Joerg Mueller, directeur général d’Emirates Suisse

Crédits: Photo: Emirates

Détenue par le gouvernement de Dubaï, Emirates est l’une des compagnies les plus rentables au monde. Présente sur le marché suisse depuis 1992, elle y emploie 46 collaborateurs. Après le coup d’arrêt provoqué par la pandémie, elle a repris ses vols depuis Kloten et Cointrin. Dès le 1er juin, la cadence de voyage va augmenter avec un vol quotidien à partir de Genève. Interview de Joerg Mueller, directeur général d’Emirates Suisse.

Comment se porte Emirates aujourd’hui?

C’est la première fois que nous avons perdu de l’argent depuis le lancement de la compagnie en 1985. Le chiffre d’affaires a été impacté de près de 75%. Heureusement, nous avons eu une forte augmentation du marché du fret (équipement médical, produits de luxe, pharmaceutiques, mécaniques). Mais ce marché représentait seulement 13% du chiffre d’affaires de la compagnie avant le Covid.

Etes-vous confiant pour l’avenir de l’aviation civile?

Je ne pense pas que nous retrouverons les mêmes chiffres d’avant la pandémie tout de suite. Cela va prendre du temps, peut-être jusqu’en 2023 ou 2024, pour regagner le même nombre de passagers. Le secteur «business travel» prendra plus de temps que celui des loisirs. Et puis, certains pays seront plus affectés économiquement que d’autres. Cela crée beaucoup d’incertitudes.

Avez-vous pensé à rendre les vaccins obligatoires pour les passagers voyageant avec Emirates?

Non, nous avons toujours demandé un test négatif pour voyager, exigé par les Emirats arabes unis. Aujourd’hui encore, nous nous soumettons aux règles des différents gouvernements.

Allez-vous augmenter votre fréquence de vols avec l’Expo 2020 Dubaï en octobre prochain?

Si la demande est forte, oui nous allons augmenter notre fréquence des vols quotidiens depuis la Suisse.

A partir de quel pourcentage de remplissage un vol est-il rentable?

En principe, nous arrivons toujours à faire en sorte que le coût d’un vol, s’il n’est pas plein - donc pas rentabilisé par les billets des passagers -, soit compensé par le marché du fret. Il faut savoir que nous n’avons pas augmenté nos prix à la suite de la crise.

Emirates pourrait-elle envisager un jour de voyager avec des avions qui polluent moins?

Toute l’industrie doit réfléchir à des solutions plus écologiques à l’avenir. Cependant, elle a tellement souffert avec cette crise qu’il sera difficile d’investir immédiatement dans la recherche et développement de nouvelles technologies vertes.

Vous avez travaillé quinze ans pour la compagnie Swissair et avez vécu le grounding de 2001. Quelle crise vous paraît la plus traumatisante?

Je dois dire que le grounding de Swissair était une anecdote par rapport à la crise actuelle. Surtout, je suis habitué et «vacciné» face aux crises du secteur de l’aviation.

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève (IHEID) en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l'Université de Genève. Après avoir hésité à travailler dans une organisation internationale, elle décide de débuter sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Depuis 2010, Chantal est journaliste pour le magazine Bilan. Elle contribue aux grands dossiers de couverture, réalise avec passion des portraits d'entrepreneurs, met en avant les PME et les startups de la région romande. En grande amatrice de vin et de gastronomie, elle a lancé le supplément Au fil du goût, encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal est depuis 2019 rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan et responsable du hors série national Luxe by Bilan et Luxe by Finanz und Wirtschaft.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."