Bilan

Effondrement surprise des créations d'emplois en février aux Etats-Unis

Les créations d'emplois aux Etats-Unis se sont effondrées en février à la surprise des analystes, reflétant le contre-coup du "shutdown" de l'administration le mois d'avant mais aussi les difficultés de plus en plus grandes des entreprises à pourvoir des emplois.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer la chute des créations d'emplois. Parmi eux: le "shutdown".

Crédits: DR

Selon les données du département du Travail publiées vendredi, l'économie américaine, qui avait créé en janvier un nombre record d'emplois sur un an à cause de la fermeture partielle des services administratifs, n'a créé le mois dernier que 20.000 postes, le plus faible niveau depuis septembre 2017.

Le taux de chômage a malgré tout reculé pour retrouver son niveau d'octobre à 3,8% contre 4% en janvier.

La chute des créations d'emplois a pris les analystes par surprise, eux qui pensaient que le marché du travail allait encore créer 173.000 nouvelles embauches après 311.000 en janvier (chiffre révisé en hausse).

Elle peut refléter le ralentissement annoncé de l'économie américaine mais aussi une variation atypique à cause notamment des effets du "shutdown" de l'administration et de l'impact des conditions météorologiques, comme le montre le secteur du bâtiment qui a perdu 31.000 postes.

Cette mauvaise performance peut être aussi le signe avéré des difficultés d'embauches dont se plaignent de plus en plus les employeurs depuis des mois.

Le dernier Livre Beige de la Banque centrale américaine (Fed), un rapport de conjoncture paru mercredi, montrait que les entreprises avaient du mal trouver des employés qualifiés dans un grand éventail de secteurs, allant des technologies de l'information aux transports en passant par l'hôtellerie. Certains ont averti que cela "allait restreindre la croissance de l'emploi", ce qui semble s'être passé.

Tendance ou pas ?

Mais pour Ian Shepherdson de Pantheon Macroeconomics, le chiffre décevant de février "n'est pas une tendance" mais plutôt le contre-coup du "shutdown" de l'administration et du climat doux qui a prévalu en janvier.

Les très fortes créations d'emplois du début de l'année avaient été gonflées par la vague de fonctionnaires cherchant un emploi temporaire alors que les services administratifs ont fermé pendant plus d'un mois à cause d'un bras de fer sur le financement du mur anti-immigration voulu par le président Donald Trump et par les conditions climatiques, particulièrement clémentes.

En février, on observe ainsi une forte chute des emplois à temps partiels, avec 837.000 postes en moins.

Ces moindres créations d'emplois n'ont paradoxalement pas fait augmenter le taux de chômage qui a perdu 0,2 point de pourcentage pour s'établir à 3,8%, un chiffre déjà atteint en octobre.

Cela s'explique notamment par le fait que le taux de participation au marché du travail est resté le même à 63,2%.

Le nombre de chômeurs a décliné de 300.000 à 6,2 millions.

Au rang des bonnes nouvelles, la rémunération horaire a grimpé de 0,4%, au-dessus des prévisions des analystes, ce qui représente une augmentation de 3,4% sur un an, la plus forte depuis presque dix ans alors que l'inflation est proche des 2%.

En cette Journée internationale des droits des femmes, le président Trump a préféré ignorer la chute des embauches pour se réjouir, dans un tweet, de la réduction du taux de sans-emplois des femmes. "Le taux de chômage est en recul à 3,6% alors qu'il était à 7,9% en janvier 2011. Tout va bien", s'est félicité le président américain.

Le taux de chômage est même plus bas pour les femmes blanches à 3% contre plus du double (7%) pour les femmes noires.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."