Bilan

Economiesuisse se réjouit du renoncement de Vasella

La décision de Daniel Vasella de renoncer à ses 72 millions soulage l'organisation patronale. Sa directrice romande estime néanmoins qu'il sera «extraordinairement difficile» de battre l'initiative Minder.
Daniel Vasella a fait savoir ce matin qu'il renonçait à sa prime de 72 millions. «Nous accueillons cette nouvelle avec satisfaction. Le montant articulé était d'une dimension hors de tout entendement». Ce n'est pas Thomas Minder qui l'affirme mais Cristina Gaggini, la directrice romande d'Economiesuisse.

Le soulagement de l'organisation patronale est d'autant plus grand que l'affaire Vasella a plombé la fin de campagne d'Economiesuisse. Les pro Minder se sont délectés de l'exemple caricatural d'un manager, avide à millions, qui achète au prix fort sa loyauté envers une entreprise où il a fait carrière.

Le message ne passe pas

Le contre-projet va-t-il échouer à cause de Vasella? Cristina Gaggini ne le croit pas: «C'est un des éléments de la campagne. Si nous perdons, il y aura d'autres éléments à prendre en compte. L'initiative Minder est connue de la population depuis 5 ans, le contre-projet non. Et les politiciens qui nous soutiennent ont du mal à faire passer le message car cela demande des explications détaillées».

Justement, des élus bourgeois estiment que la campagne d'Economiesuisse, à l'instar de Lucrezia Meier-Schatz (PDC/SG), est très mauvaise car elle fait feu sur l'initiative Minder au lieu de promouvoir le contre-projet. «Cette critique n'est pas fondée», estime Gaggini. «J'ai la vue d'ensemble de la campagne. L'essentiel de nos moyens sont portés sur l'explication du contre-projet».

Sinistrose à droite

Plusieurs élus bourgois considèrent d'ores et déjà que les carottes sont cuites. Céline Amaudruz (UDC/GE) nous disait la semaine passée, soit avant la polémique sur les 72 millions, que l'initiative passerait sans problème. Un avis partagé par Lucrezia Meier-Schatz.

Economiesuisse peut-elle déjà faire le deuil de son contre-projet pour le 3 mars? La directrice romande ne respire pas l'optimisme. «Cela va être extraordinairement difficile pour le contre-projet. Mais je me battrai jusqu'au dernier jour».

Arthur Grosjean

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."