Bilan

Duty Free: arnaque ou bonnes affaires?

Les boutiques hors taxes sont vues comme de bonnes affaires pour le voyageur. A tort: certains prix sont parfois plus élevés que dans les commerces traditionnels. Explications.

  • Aéroport Roissy—Charles-de-Gaulle (Paris).

    Crédits: Dr
  • Les duty free de Genève-Aéroport sont gérés par Lagardère depuis octobre 2017.

    Crédits: Dr

Contrairement aux croyances populaires, les magasins duty free ne sont pas toujours les meilleurs plans pour le shopping. Certes, les prix varient selon les aéroports, les pays et les promotions pratiquées à un moment de l’année. Cependant, certains produits sont vendus jusqu’à 20% plus cher que dans les commerces traditionnels. C’est notamment le cas de nombreux alcools, des parfums et cosmétiques ainsi que des douceurs chocolatées. 

Une enquête réalisée par Skyscanner en novembre 2017 a démontré que certains produits vendus en duty free dans des aéroports internationaux affichent des prix plus élevés que dans les supermarchés français et ce malgré le coût de revient bien inférieur des marchandises. Selon cette étude, certains spiritueux peuvent être jusqu’à 30% moins chers en supermarché. Les friandises Toblerone et Ferrero Rocher, par exemple, coûtent 40% de plus dans les duty free de nombreux aéroports internationaux. Idem pour plusieurs parfums, pour lesquels il faut débourser 20% de plus. En règle générale, les produits de luxe (montres, bijoux, articles de mode) ainsi que les cigarettes restent les produits les plus intéressants. Alors que les cosmétiques, les parfums, l’alcool en général ne valent pas le coup d’être acquis dans ces magasins hors douane. 

Que signifie duty free?

L’absence de taxes comme la TVA (en Suisse, elle se monte à 7,7%) ne signifie ainsi pas nécessairement que les produits seront vendus moins cher dans ces commerces qui sont des enclaves visant à développer l’exportation de marchandises. 

En effet, plusieurs facteurs influencent le prix des produits vendus dans les aéroports: les loyers souvent très élevés (basés sur le chiffre d’affaires), les coûts d’exploitation, le personnel travaillant 7/7 jours avec des horaires élargis ou encore les variations des taux de change. 

Sans compter que certains produits vendus ne sont pas exonérés de redevances (droits de douane, TVA et taxes d’accise). En effet, le terme duty free concerne essentiellement les produits dont les taxes viennent impacter leur prix de vente. En Suisse, de telles taxes et accises existent pour les catégories parfum et cosmétique, alcools forts, champagne, tabac, qui font donc partie des produits hors taxes. Le chocolat et les vins ne sont pas considérés comme des produits exempts de droits de douane et sont vendus comme des offres normales acquittées.

Selon Robin Eymann, de la Fédération romande des consommateurs (FRC), il faut aussi prendre en compte la situation privilégiée de ces échoppes qui ont un quasi-monopole dans le périmètre concerné. «Cette situation peut inciter ces commerces à profiter de la dépendance du consommateur. Par exemple, pour les bouteilles d’eau, les passagers doivent les mettre à la poubelle pour le contrôle de sécurité et sont contraints par la suite d’en racheter car les aéroports proposent peu de fontaines et certains ont même uniquement de l’eau chaude dans les toilettes. En ce qui concerne l’alcool et le tabac, des produits fortement taxés normalement, les commerces peuvent jouer de l’image «sans taxes» pour attirer le client qui ne connaît pas forcément les prix standards, donc pourrait avoir tendance à acheter en faisant confiance. Mais sans taxes ne veut pas dire sans marge élevée pour le commerçant. Nous conseillons donc aux consommateurs de faire une rapide recherche sur internet pour savoir si le prix dans le duty free est vraiment intéressant.»   

A Cointrin, Lagardère veille les prix

A Genève, le groupe Lagardère a repris la concession des duty free de l’aéroport de Cointrin en octobre 2017, détenue auparavant par le groupe Dufry. Il gère aujourd’hui 7 boutiques, dont une à l’arrivée sous l’enseigne Aelia Duty Free, et, historiquement, une boutique mode depuis mars 2012 sous l’enseigne Your Fashion Store. L’activité commerciale du groupe devrait atteindre un chiffre d’affaires de 100 millions de francs pour l’année 2019, soit en hausse par rapport à 2018. Lagardère, qui emploie 160 employés, a agrandi sa boutique principale duty free de 200 m2 pour totaliser 800 m2 fin 2018 et prévoit une surface mode qui sera portée de 400 à 500 m2 en 2019. 

«Le prix est une attente majeure des clients, commente Pascal Le Droff, directeur général de Lagardère Travel Retail Suisse. Les passagers qui fréquentent les magasins en aéroport attendent un bénéfice réel comparé aux prix des grands magasins de centre-ville. Notre politique de prix a été mise en place à la reprise de la concession avec des prix en baisse selon les catégories (5% pour les parfums, par exemple). En parallèle de ce repositionnement, nous avons augmenté la fréquence de nos promotions et ce particulièrement sur les catégories essentielles du duty free que sont les parfums, l’alcool, la confiserie (-30%, -50% sur le 2e produit, 2 produits achetés, le 3e gratuit…). Cela nous permet de faire bénéficier à nos clients de prix plus compétitifs.» Lagardère Travel Retail mise également sur l’accessibilité de ses produits, «d’autant plus cruciale que le développement du low-cost représente 90% de la croissance du trafic aérien», souligne son directeur.

Dufry propose 54 000 produits hors taxes à Kloten

A l’Aéroport de Kloten (ZU), c’est le groupe Dufry (présent depuis 1962 avec le groupe Nuance) qui n’exploite pas moins de 39 magasins pour un total de 7900 m2 de surfaces de vente. «Nous offrons près de 54 000 produits hors taxes tout au long de l’année, avec un assortiment comprenant de nombreuses exclusivités, éditions limitées et nouveautés», explique Renzo Radice, responsable communication de Dufry. «Pour ce faire, nous comparons tous les trimestres nos prix aux prix de gros habituels lorsque les produits spécifiques ne sont pas en promotion et adaptons les prix en conséquence pour maintenir la même structure, ajoute Renzo Radice. En raison du nombre élevé de produits que nous proposons, il peut arriver que des produits spécifiques offrent temporairement des économies réduites. Mais dès que nous le réalisons, nous adaptons les prix en conséquence.»

Depuis 2011, les passagers peuvent bénéficier des produits vendus hors taxes en quittant la Suisse mais également à leur arrivée à Cointrin (GE) et à Unique Airport (ZU). Les ventes de produits détaxés peuvent aussi avoir lieu à l’intérieur même des avions, sur les vols moyen ou long-courriers et sur certains trajets en bateau lorsqu’il existe un espace duty free. Les achats duty free sont cependant limités dans les différents
pays – en Suisse, le montant est de 300 francs – afin d’éviter notamment les activités de revente illégale. 


En chiffres

1946: La première boutique duty free ouvre à l’aéroport de Shannon, dans l’ouest de l’Irlande.

2 milliards: Chiffre d’affaires des boutiques duty free de l’aéroport de Dubai, plus grand espace de commerce hors TVA avec 26 000 m².

51% moins cher: A l’aéroport de Berlin, la bouteille d’un litre de Martini Blanc sera vendue moitié prix par rapport à l’aéroport d’Amsterdam.

20% plus cher: En moyenne, le prix des alcools vendus dans les duty free à l’aéroport de Zurich par rapport aux commerces traditionnels.

Chantal De Senger
Chantal de Senger

JOURNALISTE

Lui écrire

Licenciée des Hautes Etudes Internationales de Genève en 2001, Chantal de Senger obtient par la suite un Master en médias et communication à l’Université de Genève. Elle débute sa carrière au sein de la radio genevoise Radio Lac. Journaliste depuis 2010 pour le magazine Bilan, elle est spécialisée dans les PME. En grande amatrice de vins et gastronomie, elle est également responsable du supplément Au fil du goût encarté deux fois par année dans le magazine Bilan. Chantal contribue par ailleurs régulièrement aux suppléments Luxe et Immo Luxe de Bilan.

Du même auteur:

Le road show de DSK passe par Genève
Genève accueille le premier salon suisse du champagne

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."