Bilan

Dubaï ouvre le futur plus grand aéroport au monde

La course à la démesure bat encore des records à Dubaï. Après les tours géantes, l'émirat a inauguré dimanche 3 novembre Al Maktoum, le plus grand aéroport au monde, qui pourra à terme accueillir 160 millions de passagers par an.
  • Après plusieurs années de chantier, le nouvel aéroport Al-Maktoum de Dubaï est entré en service début novembre 2013 pour les passagers. Crédits: AFP
  • La compagnie Emirates aura un terminal spécialement dédié. Crédits: AFP
  • C'est un avion de Wizz Air qui a atterri le premier sur le tarmac de l'aéroport Al-Maktoum. Crédits: AFP
  • La compagnie Jazeera Airways sera la deuxième à venir à l'aéroport. Crédits: AFP
  • Gulf Air, la compagnie nationale de Bahreïn, sera la troisième à venir sur place. Crédits: AFP
  • Des visites guidées des installations déjà terminées ont été proposées dimanche 3 novembre. Crédits: AFP
  • Pour le moment, le nombre de vols reste relativement réduit. Crédits: AFP
  • Les responsables espèrent attirer d'autres compagnies dans les mois à venir. Crédits: AFP
  • A la fois hub et aéroport de destination, Al-Maktoum Airport veut devenir la plus grande plate-forme mondiale. Crédits: AFP
  • Les autorités emiratis ont soutenu le projet depuis sa genèse à l'aube des années 2000. Crédits: AFP
  • Le premier terminal passagers du nouvel aéroport Al-Maktoum de Dubaï a ouvert ce week-end (samedi 2 novembre et dimanche 3 novembre). Crédits: Freitext
  • Seules trois compagnies ont d'ores et déjà annoncé vouloir transporter des passagers depuis cette plate-forme. Crédits: Freitext
  • Les infrastructures actuellement ouvertes permettent d'accueillir 5 millions de passagers annuels, mais ce chiffre devrait passer à 160 millions d'ici 2028. Crédits: Freitext
  • La société d'investissement Dubaï World a mis 25 milliards de francs sur la table pour construire l'aéroport et le complexe attenant. Crédits: Freitext
  • Avec six pistes, la plate-forme deviendra l'une des nouvelles références mondiales. Crédits: Freitext
  • Trois terminaux passagers sont prévus pour accueillir le trafic en transit ou à destination des Émirats arabes unis. Crédits: Freitext
  • Des infrastructures de fret avaient ouvert dès 2010. Crédits: Freitext
  • Pas moins de 36 compagnies sont déjà actives dans le domaine des marchandises. Crédits: Freitext
  • Les travaux ont démarré au milieu des années 2000 et devraient s'étendre sur plus de deux décennies. Crédits: Freitext
  • L'aéroport s'intégrera dans un vaste complexe comprenant des zones résidentielles, de commerce, de loisirs,... Crédits: Freitext
  • L'aéroport a vu son chantier démarrer avant les autres phases du projet. Crédits: Freitext
  • Le principal écueil de cet aéroport réside dans sa distance vis-à-vis de Dubaï: 50km de désert. Crédits: Freitext
  • Avec la concurrence de l'aéroport international actuel, bien plus proche de la cité du Golfe Persique, l'aéroport pourrait avoir du mal à convaincre certaines compagnies d'y élire domicile. Crédits: Freitext
Grâce notamment à la manne pétrolière, les Émirats arabes unis (EAU) se sont lancés depuis quelques années dans une course aux infrastructures géantes. Et l'émirat de Dubaï est en tête de cette politique. Après les tours géantes et les îles artificielles, place au plus grand aéroport au monde.

Conscient de sa position stratégique entre Europe et Asie, Dubaï a depuis longtemps misé sur le trafic aérien, faisant de son aéroport international un hub incontournable entre le vieux continent et les grandes métropoles de l'Extrême-Orient.

160 millions de passagers d'ici 2028

Après l'aéroport d'origine au Nord de l'émirat, dont les capacités sont actuellement de 50 millions de passagers et devraient dépasser les 80 millions dans les années à venir, un autre projet a vu le jour au Sud de l'émirat, l'aéroport international Al-Maktoum.

Ce dernier devrait, d'ici 2028, pouvoir accueillir 160 millions de passagers annuels, soit dix fois plus que celui de Genève. Depuis dimanche 3 novembre, ses installations sont ouvertes, avec une capacité toutefois encore réduite à 5 millions de passagers annuels.

Un premier pan du projet avait été achevé dès 2010 avec le terminal cargo, qui accueille actuellement 36 compagnies pour le fret.

Trois compagnies ont déjà signé

Dimanche, c'est un avion de la compagnie low cost Wizz Air en provenance de Budapest qui a inauguré le terminal passagers. Une autre compagnie low cost suivra dès jeudi 7 novembre avec Jazeera Airways, qui opérera deux rotations hebdomadaires avec le Koweit. Une troisième compagnie rejoindra ces deux pionnières le 8 décembre: Gulf Air, la compagnie nationale du Bahreïn.

Pas d'autre compagnie à l'horizon pour le moment. Mais cela n'inquiète pas le CEO de Dubaï Airports, Paul Griffiths, pour qui les suivantes devraient annoncer leur arrivée «dans les prochains mois».

Un investissement de 25 milliards de francs

Et il en faudra des passagers pour rentabiliser un investissement colossal: 25 milliards de francs pour trois terminaux. Le premier sera entièrement réservé à la compagnie nationale Emirates; le second sera dévolu aux autres compagnies classiques; le troisième est destiné aux compagnies low cost.

Avec six pistes, 100'000 places de stationnement, ainsi que des infrastructures de fret capables de prendre en charge douze millions de tonnes de chargement par an, la plate-forme aéroportuaire dépassera tous les aéroports actuels.

Mais le projet global est plus ambitieux encore: la société d'investissement Dubaï World veut édifier autour de l'aéroport une vaste zone sur 140km avec une cité logistique, une cité de l'aviation, une zone commerciale et résidentielle et une cité dédiée au golf. Le tout pour plus de cinq milliards de francs supplémentaires.

50km entre l'aéroport et Dubaï

L'aéroport «va jouer un rôle vital dans le développement futur de Dubaï comme un centre commercial, de transport, de logistique et une destination touristique» a affirmé Ahmed Ben Saïd Al-Maktoum, directeur de Dubaï World, lors de l'inauguration du terminal passagers dimanche.

Restera à rassurer les passagers craignant le trajet jusqu'à la capitale de l'émirat: plus de 50km séparent les installations de la cité des bords du Golfe Persique. Bien plus que la distance entre l'actuel aéroport international de Dubaï et la ville.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."