Bilan

Dmitry Rybolovlev arrose l'AS Monaco de millions

Grâce à la générosité de son propriétaire milliardaire russe, l’AS Monaco attire les meilleurs footballeurs de la planète. Et les jalousies.
Le milliardaire russe Dmitry Rybolovlev a récemment annoncé la signature de l’attaquant colombien de l’Atletico Madrid, Radamel Falcao, à l'AS Monaco. Crédits: Keystone

A Genève, il est surtout connu pour avoir creusé le fameux «trou de Cologny», mais c’est pour avoir comblé celui de l’AS Monaco que Dmitry Rybolovlev fait aujourd’hui parler de lui. Depuis qu’il a racheté 66% des parts du prince Albert II en décembre 2011, cet oligarque russe de 47 ans fait pleuvoir les millions sur le club de football du Rocher. Sa générosité et son empressement (135 millions d’euros dépensés en achat de joueurs avant même l’ouverture officielle du marché des transferts) bouleversent le marché et la hiérarchie.

Sa plus belle prise: l’attaquant colombien Radamel Falcao, acheté 60 millions à l’Atletico Madrid. Que le buteur le plus convoité du marché choisisse un néo-promu du championnat de France, un club non qualifié en ligue des champions, une équipe habituée à jouer dans un stade vide, fait plus qu’étonner; cela inquiète.

Attention: l’Association Sportive de Monaco n’est pas rien sur la scène sportive. Sept titres de champion de France et deux finales de coupe d’Europe méritent le respect. Le club a aussi formé, notamment, un Ballon d’or (George Weah), quatre champions du monde 1998 (Petit, Thuram, Henry et Trezeguet) et un entraîneur renommé (Arsène Wenger). Mais depuis sa chute en Ligue 2 en mai 2011, l’ASM semblait appartenir au passé du football français, lui-même relégué au rôle de figurant sur la scène internationale. Mais ça, comme dit la pub, c’était avant.

Le plus étonnant n’est pas que Rybolovlev arrose de millions les stars du foot et leurs agents (en fait, souvent le même: le Portugais Jorge Mendes), c’est que ces stars acceptent de signer à Monaco! En fait, la Principauté offre un package sans égal: un cadre de vie de stars et une rémunération extravagante, permise par les moyens illimités de la 100e fortune mondiale et une fiscalité particulièrement avantageuse.

Jalousies

Si les joueurs français de Monaco sont imposables, rien n’interdit à Rybolovlev de ne recruter que des joueurs étrangers et ce, à des conditions imbattables. Prenons un joueur rétribué 1 million d’euros par an. Les footballeurs étant des gens pratiques, ils ne raisonnent qu’en salaire net. Avec les charges et les impôts, son salaire revient à près de 5 millions s’il joue à Lille, Bordeaux ou Saint-Etienne. Sur le Rocher, le surcoût n’est que de 51 223 euros. Si ce joueur est une superstar – au niveau d’un Zlatan Ibrahimovic, payé 14 millions nets par le PSG – sa rémunération pèse 92 884 127 euros dans une trésorerie hexagonale et 14 051 223 euros à Monaco. Six fois moins!

Jaloux comme les sœurs de Cendrillon, les Lyon, Guingamp ou Marseille crient soudainement à la concurrence déloyale. Plus contrôlés que leurs homologues anglais ou espagnols, les clubs français cumulent néanmoins un déficit de 107 millions d’euros qui leur interdit de suivre le rythme imposé par le PSG, et désormais l’ASM. Certains souhaitent expédier l’AS Monaco dans le calcio italien, d’autres exigent que le club engage 30% de joueurs français ou délocalise son siège social en France, d’autres encore veulent racketter Rybolovlev de 200 millions d’euros en compensation du préjudice.

Avec la perspective de voir les deux nouveaux riches parisiens et monégasques squatter les premières places, ils savent que leurs espoirs de qualification en ligue des champions sont en principe ôtés.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."