Bilan

Didier Burkhalter ira à la Haye pour discuter des relations Suisse-UE

Le ministre des affaires étrangères rencontrera son homologue des Pays-Bas. Les relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE) se situeront au coeur des discussions.

Le responsable du DFAE rappellera les mesures et le calendrier envisagés par le Conseil fédéral pour mettre en oeuvre l'initiative contre l'immigration de masse tout en préservant la voie bilatérale.

Crédits: Keystone

Pour son premier voyage à l'étranger de l'année, le conseiller fédéral Didier Burkhalter se rendra aux Pays-Bas jeudi. Il partira ensuite en Chine, où il mènera différents entretiens vendredi. A la Haye, les relations entre la Suisse et l'Union européenne (UE) se situeront au coeur des discussions.

Aux Pays-Bas, le ministre des affaires étrangères rencontrera son homologue, Bert Koenders, a indiqué lundi le Département fédéral des Affaires étrangères (DFAE) dans un communiqué. Ce pays préside le Conseil de l'UE, au premier semestre 2016.

Le responsable du DFAE y rappellera les mesures et le calendrier envisagés par le Conseil fédéral pour mettre en oeuvre l'initiative contre l'immigration de masse tout en préservant la voie bilatérale. Les deux hommes profiteront également pour passer en revue les relations bilatérales et les différentes collaborations en la matière.

Sur cette même thématique, le président de la Confédération, Johann Schneider-Ammann, va rencontrer vendredi son homologue européen, Jean-Claude Juncker. Les deux hommes s'entretiendront à Bruxelles.

Pour rappel, le Conseil fédéral a présenté, en décembre, sa solution de mise en oeuvre de l'initiative contre l'immigration de masse auprès de l'UE. Il désire mettre en place une clause de protection qui soit en conformité avec les règles européennes.

Terrorisme et corruption

A Pékin, Didier Burkhalter fera le point avec le ministre des affaires étrangères, Wang Yi, à l'occasion de la sixième ronde du dialogue politique entre la Suisse et la Chine. Il discutera des relations économiques entre les deux pays. Il fera aussi le point sur des questions relevant de la lutte contre le terrorisme et la corruption.

La collaboration en matière de sécurité numérique sera également au menu de cette rencontre. Les deux dirigeants évoqueront aussi leur coopération dans le cadre de l'ONU et du G20.

Ils échangeront ensuite leur point de vue sur la sécurité dans la région asiatique et le rôle de la Suisse dans ce domaine, notamment via la Genève internationale. Enfin, ils ouvriront la discussion sur les droits de l'homme.

La Chine et la Suisse mènent, depuis 1991, un dialogue sur les droits humains. La dernière rencontre à ce sujet date de 2015. En règle générale, celles-ci se déroulent sous étroite surveillance.

En 1999, un incident diplomatique était survenu lors de la rencontre entre Ruth Dreifuss et le président chinois Jiang Zeming. Des manifestants pro-tibétains avaient grimpé sur les toits environnants la Place fédérale et hué M. Zeming. Celui-ci avait alors quitté la place en colère.

Lors de la visite du premier ministre chinois Li Keqiang en 2013, des militants pro-tibétains ont eu l'interdiction de manifester sur la Place fédérale. Ils ont dû se rabattre sur la Waisenhausplatz, située à plusieurs mètres de là.

Des dissensions existent également entre les deux pays concernant la peine capitale. A l'occasion de la 13e journée internationale contre la peine de mort, la Suisse a indiqué vouloir abolir cette pratique d'ici 2025 dans tous les pays alors que Pékin applique toujours cette sanction. Pour Berne, la solution passe par le dialogue.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."