Bilan

Désinfecter les surfaces avec de la lumière

Conçues pour les professionnels de la santé, les machines de la genevoise Steriswiss sont désormais aussi disponibles pour les entreprises. Par Anna Aznaour

Véronique Basch, directrice de Steriswiss.

Crédits: Dr
UV Fan et UV Stick désinfectent des lieux en quelques minutes grâce à leurs lampes à UV. (Crédits: Dr)

Avec la levée progressive du confinement, une nouvelle menace pèse sur la population: celle d’une deuxième vague de contamination par le coronavirus. Afin de la prévenir, l’entreprise genevoise Steriswiss commercialise deux gammes de machines pour une désinfection express de tous types de locaux.

La première – UV FAN – englobe des machines de différentes tailles et puissances, pouvant être installées au mur, au plafond, ou déplacées de pièce en pièce sur roulettes. Munies d’un compartiment germicide, de deux lampes à UV et d’un ventilateur, elles purifient l’air ambiant et désinfectent n’importe quel espace intérieur en quelques minutes seulement sans dégager de chaleur, sans produits chimiques ni résidus. Fabriqués en Italie avec des matériaux haut de gamme et selon les normes CE, ces appareils ne requièrent aucun entretien particulier, sauf un remplacement annuel de leurs lampes, qui coûtent 95 fr. l’unité.

La seconde – UV STICK – contient, elle, des machines à rayonnement direct qui, à part l’assainissement de l’air, désinfectent en moins de 10 minutes toutes les surfaces éclairées par ses lampes à UV. Leur spécificité: l’obligation de l’absence humaine des locaux pendant leur action, déclenchée via la télécommande, car l’intensité de la lumière émise pourrait endommager les yeux. Les prix des deux gammes d’appareils varient entre 978 et 2665 fr. en fonction de leur taille et puissance; quant à la préparation de protocoles personnalisés d’usage, ils vont de 200 à 400 fr.

Parmi les leaders de la stérilisation en Suisse, entre mi-mars et fin avril Steriswiss avait provisoirement perdu près de 80% de sa clientèle, composée majoritairement de professionnels de santé et de cliniques. «Un temps de «repos forcé» qui a fait naître l’idée de conjuguer la commercialisation de machines désinfectantes avec nos services habituels», explique Véronique Basch, sa propriétaire et directrice.

A en croire les réactions des clients, cette initiative répond au besoin accru
de sécurité contre toute contamination bactérienne quasi partout: salle d’attente, open space, bureau, salon de coiffure, studio de tatoueur, cabinet de dentiste, etc. De véritables champs à germes qui pourront être traités grâce aux rayons ultraviolets.

Bilan.ch

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."