Bilan

Déséquilibres commerciaux et endettement peuvent peser sur la croissance

Le FMI a pressé les pays du G20 de résorber les déséquilibres extérieurs comme intérieurs pour éviter la division et de mettre en danger la dynamique retrouvée de la croissance.

Le FMI s'inquiète de la persistance des déséquilibres commerciaux parmi les pays avancés comme l'Allemagne, la Corée du Sud, les Etats-Unis.

Crédits: afp

Le FMI a pressé les pays du G20 de résorber les déséquilibres extérieurs comme intérieurs, allant des échanges commerciaux à l'endettement, pour éviter la division et de mettre en danger la dynamique retrouvée de la croissance.

Dans un rapport publié vendredi avant les assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, le Fonds monétaire international s'inquiète notamment de la persistance des déséquilibres commerciaux parmi les pays avancés, excédentaires pour les uns comme l'Allemagne, la Corée du Sud ou même le Japon et déficitaires pour les autres, comme les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne.

Il note que les excédents commerciaux de certains pays émergents comme la Chine se sont un peu réduits de même que les déficits des échanges pour l'Indonésie, l'Afrique du Sud ou la Turquie.

Dans une allusion aux velléités de l'administration américaine de Donald Trump de réformer drastiquement les relations commerciales, le FMI craint que "des déficits persistants ne provoquent des actions perturbatrices de politique commerciale menant à des ajustements brutaux".

Au rang des déséquilibres intérieurs, le FMI est soucieux du niveau de la dette souveraine comme privée qui a dépassé ses niveaux d'avant la crise de 2008 chez bien des membres du groupe des 20 pays les plus riches de la planète. La dette publique aborde un palier "inconfortable" en Italie, au Japon en Espagne, aux Etats-Unis ainsi qu'au Brésil.

En Chine, il faudrait poursuivre l'encadrement règlementaire pour corriger les vulnérabilités financières et se préoccuper des actifs douteux, encourage le FMI. Au niveau commercial, Pékin est invité à réduire ses barrières douanières.

L'Allemagne est de nouveau pointée du doigt pour qu'elle fasse davantage usage de ses excédents en investissant par exemple dans les infrastructures afin de doper sa productivité et son potentiel de croissance.

"Il y a une marge de manoeuvre pour davantage de soutien budgétaire en Allemagne, y compris à travers un plus grand investissement public: cela relèverait non seulement le potentiel de production mais contribuerait à abaisser l'excédent des comptes courants et aiderait à doper la croissance dans les autres pays de la zone euro", dit le rapport du FMI.

Le Fonds plaide à nouveau pour que les pays du G20 "agissent ensemble" au cas où la croissance mondiale calait. "Un stimulus budgétaire coordonné d'un demi-point de pourcentage de Produit intérieur brut (PIB) sur deux ans par les 12 membres du Groupe des 20 qui disposent de marge budgétaire devrait considérablement amortir le choc", préconise le Fonds.

L'institution invite par ailleurs le G20 à repenser le système énergétique mondial afin de faire face au changement climatique "provoqué par l'activité humaine".

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."