Bilan

Des trains suisses vont équiper la Silicon Valley

Le contrat est emblématique de la réussite internationale du constructeur thurgovien de matériel roulant Stadler Rail.

Stadler Rail a publié un chiffre d’affaires de 1,76 milliard en 2015.

Crédits: Dr

Des trains suisses qui véhiculent les ingénieurs des géants Apple, Google et Facebook dans la Silicon Valley. Que rêver de mieux comme vitrine du savoir-faire helvétique? Cette vision sera réalité dès 2020 avec des trains de Stadler Rail qui circuleront entre San Francisco et San José, siège de PayPal, eBay ou encore Adobe. Un contrat emblématique a été décroché cet été par l’entrepreneur Peter Spuhler (57 ans), CEO et propriétaire de Stadler Rail. Le fabricant thurgovien de matériel ferroviaire a obtenu une commande à 530 millions de francs pour 16 trains à deux étages auprès de la société de transport californienne Caltrain. 

Une offre de rachat venue de Chine

Cette transaction spectaculaire met en lumière la success story de Peter Spuhler à la tête de Stadler Rail. Une réussite qui n’a pas échappé aux investisseurs chinois, qui ont fait dernièrement une offre de rachat. La société a répondu qu’elle n’était pas à vendre. Spécialisée dans le matériel roulant pour les agglomérations, type RER, l’entreprise se profile comme l’un des derniers constructeurs de trains en Europe.

Ses atouts face à la concurrence? Sa capacité à s’adapter aux besoins des clients et sa flexibilité. «L’entreprise n’a jamais cherché à atteindre des objectifs de croissance à court terme. Les choix sont guidés par l’intérêt de l’entreprise et de la place helvétique en tant que lieu de production», commente Marina Winder, porte-parole.

Créée en 1942, la firme a été menée par son fondateur Ernst Stadler durant plus de quarante ans, puis par sa veuve Irma Stadler jusqu’en 1989. Ernst Stadler a une petite-fille qui a épousé un jeune hockeyeur. L’étudiant rate ses examens à l’Université de Saint-Gall, et tandis qu’il refait l’année, il entre parallèlement chez Stadler pour un petit boulot d’homme à tout faire. Doté d’un grand sens du leadership, le jeune homme s’avère précieux. Peter Spuhler abandonne bientôt ses études pour s’engager dans l’entreprise.

En 1989, Peter Spuhler reprend la firme et ses 18 employés. Il va la propulser au rang de géant comme Alstom et Bombardier. Le nombre de collaborateurs s’élève aujourd’hui à 7000, dont 3000 en Suisse. Entre 2001 et 2015, le chiffre d’affaires est passé de 200 millions de francs à 1,76 milliard. Peter Spuhler dit volontiers n’avoir connu que deux écoles: le hockey sur glace et l’armée, qu’il a effectuée dans l’unité d’élite des grenadiers de montagne. 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."