Bilan

Des hôtels pour seniors dans les Alpes

Une société cofondée par une Romande cherche à acquérir des établissements qui seront adaptés pour accueillir des personnes atteintes dans leur santé ou à mobilité réduite.
  • Stefan Knoth et Anne Cheseaux, fondateurs de la société aevea vita hotels.

    Crédits: Dr
  • Crédits: Dr
  • Crédits: Dr

Il faut faire preuve d’audace pour investir actuellement dans l’hôtellerie suisse. Anne Cheseaux et Stefan Knoth n’en manquent pas. Ils viennent de créer la société aevea vita hotels dans le but de développer une nouvelle offre pour les seniors. «L’activité touristique de la population diminue fortement à partir de 65 ans. On constate une réduction des voyages à l’étranger et en Suisse, respectivement de 60 et de 30%, probablement pour des raisons de santé et de perte de mobilité», constate Anne Cheseaux.

Cette Romande qui vit en Suisse alémanique a une longue expérience dans la branche. Présidente du conseil d’administration de la chaîne Swiss International Hotels, elle est aussi consultante et intervient dans des projets à cheval sur l’hébergement et la santé. Alors que Stefan Knoth, chercheur dans ce dernier domaine, offre des prestations de conseil stratégique et opérationnel à des hôpitaux, des cliniques de rééducation et des foyers pour personnes âgées. 

Forts de leurs expériences, les deux partenaires ont estimé qu’il y a une niche à développer dans l’hôtellerie: permettre à des personnes atteintes dans leur santé ou à mobilité réduite de partir en vacances dans des lieux adaptés à leurs besoins. «Il y a une réelle demande. Nos hôtels mettront l’accent sur la prise en charge, les soins et les services de transport. Le client trouvera les mêmes prestations que les services d’aide et de soins à domicile lui offrent grâce à la mise en place d’une collaboration avec les institutions de son lieu de vacances», explique Anne Cheseaux. Chaque hôtel, qui sera également ouvert à la clientèle traditionnelle, disposera d’un(e) collaborateur(trice) chargé(e) d’évaluer les besoins des seniors.  

Dès l’automne 2016

Aevea vita hotels compte à la fois trouver des investisseurs (acteurs privés, caisses de pension, family offices privilégiant un rendement à long terme) pour reprendre des hôtels qu’elle exploitera et racheter des établissements pour en devenir propriétaire. Dans quelles régions? Aevea mise sur des destinations classiques comme l’Oberland bernois (lac de Thoune, Lenk), les Alpes vaudoises (Leysin et Villars-sur-Ollon/Gryon), le lac des Quatre-Cantons, les Grisons et le Tessin.

«Nous cherchons des lieux de vacances disposant d’infrastructures de santé comme les soins à domicile et privilégions des hôtels de catégories 3 et 4 étoiles qui ne nécessitent que de faibles investissements pour accueillir ce type de clientèle», explique Anne Cheseaux. Sa société est déjà en négociation, notamment avec des hôteliers des Alpes vaudoises. L’objectif est de pouvoir disposer des premiers établissements relativement vite de façon à ce qu’ils puissent accueillir leurs premiers hôtes dès l’automne 2016.

En raison des difficultés enregistrées par la branche et face à la nécessité pour de nombreux propriétaires de régler leur succession, aevea ne devrait guère avoir de peine à acquérir des hôtels. 

Restera ensuite à convaincre les clients par un marketing approprié. 

Jean Philippe Buchs
Jean-Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

Du même auteur:

Comment l’Institut de Glion se développe en Gruyère
Le nouveau défi de Bernard Lehmann

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."