Bilan

Des bénévoles au secours des hôpitaux romands et tessinois

Une dizaine de bénévoles romands ont réussi à faire livrer 92 tonnes de matériel médical à 13 hôpitaux romands et tessinois.

L'avion affrété par les bénévoles avec le soutien de la CCIG a atterri sur le tarmac de Cointrin voici quelques jours.

Crédits: DR

C’est une histoire un peu folle et, tout à la fois, magnifique. Lundi 6 avril se posait sur le tarmac de l’aéroport de Genève un Boeing 747 de Cargolux affrété par la Chambre de commerce de Genève (CCIG) et la Chambre de Commerce Suisse-Chine (CCSC) au bénéfice de treize donneurs d’ordre, pour une valeur de plus de 3 millions de francs de matériel médical, représentant 92 tonnes, soit 12,5 millions de pièces, dont 2,5 millions masques.

Deux autres cargaisons pour un total de CHF 10 millions sont prévues, au gré de deux vols supplémentaires en avril. Le second vol est attendu à Genève autour du 25 avril. Il devrait livrer 2 millions de masques chirurgicaux (dit masques IIR), 200'000 masques FFP2, 12 millions de gants de protection et 1200 "face shields" ou écrans faciaux pour une commande d'un montant
total de CHF 3,4 millions, transport inclus.

Les professionnels de la santé à l'initiative

L’alerte avait été donnée quinze jours plus tôt par des professionnels de la santé, dont le Dr Didier Locca, cardiologue lausannois, membre de la Société vaudoise de médecine et ancien Président du Groupement des cardiologues vaudois et son frère le Dr Jean-François Locca, pharmacien, membre du Comité de la Société Fribourgeoise de Pharmacie.

Elle a ensuite été relayée par le Dr Julien Subilia, avocat-conseil, spécialiste du transport aérien et co-fondateur d’Aviation Sans Frontières Suisse (ASF-Suisse), à son frère Vincent Subilia, lequel l’a relayé à Christophe Weber, président de la section romande de la CCSC qui sur cette base ont constitué une « task force » de bénévoles permettant d’identifier et de répondre aux besoins criants en matériel de protection médicale, dont des masques, blouses et lunettes.

L’intervention de l’Ambassadeur de Chine à Berne, Geng Wenbing, a été déterminante. Il a actionné le Ministère chinois du commerce, lequel a désigné l’entreprise d’Etat SinoPharm pour réunir le matériel commandé. Cette «chaîne de solidarité» a permis à cette initiative d’aboutir en des temps record et malgré des écueils, notamment tarifaires importants, dans le contexte de la «guerre du masque» qui sévit actuellement, du fait de la surenchère américaine.

La Confédération absente

Il aura fallu quinze jours de travail intensif pour traiter tous les paramètres du dossier: le transport aérien («dont les tarifs cargo ont pris l’ascenseur de façon spectaculaire», et qu’a coordonné gratuitement le président de Spedlogswiss Romandie, l’association romande des transitaires et des entreprises de logistique, Thierry Moreno); les inspections et certifications (grâce à l’appui de la SGS, leader du secteur ayant son siège mondial à Genève); le paiement (devant être opéré en amont, au moyen d’un compte ouvert très rapidement à la Banque cantonale de Genève); les analyses juridiques (grâce aux interventions de l’avocat expert du marché chinois, Me Philippe Nicod de l’Etude Schellenberg Wittmer, et de son confrère Me Jingjin Guo de Backer McKenzie).

«Notre équipe travaille jour et nuit, dans un souci permanent d’urgence, mais aussi de prudence, afin de ravitailler le plus vite possible nos cantons, hôpitaux et pharmacies. Ce travail colossal exige une coordination parfaite et l’intervention de plusieurs spécialistes», relève Philippe Nasr, directeur opérationnel de la section romande de la CCSC. Une petite déception: l’absence de réactivité de la Confédération qui avait été sollicitée pour garantir la prise de risques d’une telle opération.

Serge Guertchakoff

RÉDACTEUR EN CHEF DE BILAN

Lui écrire

Serge Guertchakoff est rédacteur en chef de Bilan et auteur de quatre livres, dont l'un sur le secret bancaire. Journaliste d'investigation spécialiste de l'immobilier, des RH ou encore des PME en général, il est également à l'initiative du supplément Immoluxe et du numéro dédié aux 300 plus riches. Après avoir été rédacteur en chef adjoint de Bilan de 2014 à 2019, il a pris la succession de Myret Zaki en juin 2019.

Du même auteur:

Le capital-investissement connaît un renouveau en Suisse
Le Geneva Business Center de Procter & Gamble récompensé pour ses RH

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."