Bilan

Derrière l’affaire Vasella: le scoop du siècle

Le journaliste qui a révélé l'existence des 72 millions de francs de prime de non concurrence versée par Novartis à Daniel Vasella se dit sidéré des conséquences de son scoop.
Lukas Hässig a sorti son scoop dans son blog, Inside Paradeplatz Crédits: PATRICK B. KRAEMER, KEYSTONE

«  Jamais je n’aurais pensé que Daniel Vasella confirmerait ses 72 millions 12 heures après la publication de l'article. » Auteur du blog Inside Paradeplatz, Lukas Hässig (48 ans) est le journaliste qui a sorti le scoop du siècle le 15 février dernier.

Le Zurichois s’est engagé auprès de ses sources à garder le silence sur la provenance de l’information. Il restera donc muet sur cette question mais ne cache une certaine fierté quant aux conséquences spectaculaires de sa révélation.

Même si vendredi lors de l’assemblée générale à Bâle, les actionnaires de Novartis ont plébiscité comme attendu la décharge à la direction et au conseil d’administration, les choses ne sont quand même plus tout à fait pareilles dans cette bonne vieille Helvétie. L’existence de cette prime de non concurrence a profondément choqué l’opinion.

Le fait qu’une entreprise respectée du SMI comme Novartis cherche à cacher au public un arrangement d’une telle ampleur rend le citoyen encore plus méfiant envers les grandes compagnies de son pays. Cet épisode constitue en outre un argument supplémentaire en faveur de l’initiative Minder "contre les rémunérations abusives".

« Je travaille seul en indépendant pour mon blog. C’est une minuscule entreprise. Or, l’impact d'une nouvelle est sans rapport avec la taille du média qui l’a publiée. Avec Internet, toute information a sa chance, d’où qu’elle vienne », poursuit Lukas Hässig.

En effet, il est aujourd’hui impossible de garantir qu’un fait sensible ne franchisse jamais les murs d’une entreprise, d’une administration ou d’un gouvernement. Cette affaire Novartis marque sans doute le début d’une ère plus soucieuse de transparence, du moment que toute information est susceptible de finir sur le web.

Et Lukas Hässig y veille. Après un apprentissage à la Banque Nationale Suisse et un diplôme obtenu à l’école de commerce de Winterthur, ce Zurichois dont le père était correcteur au Tages-Anzeiger s’est lancé dans le journalisme. Depuis une vingtaine d’années, il travaille pour différentes publications économiques en tant que spécialiste du monde bancaire.

Il se profile comme un journaliste parmi les mieux informés de ce qui se passe dans les hautes sphères des établissements de la place. Rançon du succès, son blog Inside Paradeplatz fait régulièrement l’objet d’attaques informatiques.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."