Bilan

DE Luxe Rating va noter l'industrie du luxe

Secteur à part dans l'économie, l'industrie du luxe a désormais sa propre agence de notation. DE Luxe Rating est lancée lundi 25 novembre à l'occasion du Sommet du luxe à Paris.
  • L'industrie du luxe aura désormais sa propre agence de notation, avec DE Luxe Rating. Crédits: AFP
  • L'annonce a été faite en marge du 12e Sommet du luxe à Paris. Crédits: Keystone
  • La branche du luxe était jusqu'à présent divisée entre les géants notés par les agences traditionnelles et le petits, exempts de notation. Crédits: AFP
  • Mais les agences traditionnelles comme Standard & Poor's ne présentent pas les outils nécessaires pour évaluer avec suffisamment de finesses les sociétés spécifiques qui évoluent dans l'univers du luxe. Crédits: Reuters
  • De plus, les coûts d'une évaluation selon des critères uniquement financiers et stratégiques des agences traditionnelles (ici Fitch) ne pouvaient que difficilement être supportés par de petites structures comme c'est souvent le cas dans le luxe. Crédits: Reuters
  • Avec DE Luxe Rating, un nouveau cahier des charges et une grille d'évaluation spécifique éloignée des critères habituels des agences comme Moody's seront mis en place. Crédits: Reuters
  • En s'intéressant à la créativité et à l'image, DE Luxe Rating va offrir des outils plus adaptés à la branche du luxe. Crédits: AFP
  • Présentée à Paris par des acteurs et observateurs de la branche, DE Luxe Rating a vocation à devenir autonome à terme. Crédits: Keystone
  • Les investisseurs disposeront donc d'un outil d'évaluation mieux adapté au marché du luxe. Crédits: AFP
Nouvelle géographie du luxe, communication, stratégie,...: les thèmes abordés lundi 25 novembre lors du 12e Sommet du luxe à Paris restent traditionnels. Mais la vraie nouvelle pour la branche ne figure pas au programme. Le luxe aura désormais son agence de notation.

Jusqu'à présent, seuls les géants de ce secteur étaient notés par Standard & Poor's, Moody's ou Fitch. Pour les petites entreprises, pourtant cruciales dans le luxe, aucune structure ne venait évaluer les stratégies et les valeurs cruciales.

Des critères d'analyse spécifiques

Avec DE Luxe Rating, les maroquiniers, parfumeurs, joailliers, horlogers, designers et autres spécialistes du prêt-à-porter ou de la haute couture pourront désormais faire appel à des services sur-mesure. Car DE Luxe Rating n'entend pas reproduire le modèle traditionnel des agences de notation.

Aux traditionnels critères liés à la solidité financière et aux objectifs stratégiques, la nouvelle agence va rajouter une grille d'analyse spécifique faisant intervenir des notions liées à l'univers de la création et de l'exception: savoir-faire, créativité, image de marque, prestige... Car «le besoin de visibilité et d'évaluation ne porte pas uniquement sur la santé financière des sociétés», estime Jacques Carles, président du Centre du luxe et de la création.

Dans le détail, l'agence délivrera des avis et notes dans cinq domaines. Trois d'entre eux spécifiques au secteur du luxe: créativité (originalité, innovation...), savoir-faire (rareté, spécificité, procédés de fabrication...), image (notoriété, valeurs de la marque, attachement de la clientèle...). Et deux autres plus traditionnels dans l'univers des agences de notation: performance financière (rentabilité, capacité de financement, politique d'investissement...) et gouvernance (chaîne de décision, organisation du travail, gestion de la sous-traitance, stratégie de communication...).

Vers une totale autonomie

Née de la collaboration entre le cabinet de conseil Centre du luxe et de la création et par l'agence de publicité Grey Paris (issue du réseau Grey Worldwide, propriété du géant de la communication WPP), DE Luxe Rating devrait gagner rapidement une totale autonomie selon ceux qui l'ont portée sur les fonts baptismaux.

«Jusqu'à présent, il n'existait pas d'outil permettant d'évaluer et de valoriser les entreprises du luxe en fonction de l'ensemble des critères pertinents pour ce secteur», a déclaré à l'AFP Jacques Carles, le président du Centre du luxe et de la création, omettant certaines initiatives comme celle du Luxury Observatory, qui note 236 marques de luxe actuellement.

Des notes «AAA» comme les autres agences

«La filière luxe est en effet mal connue et n'a pas de visibilité globale», ajoute Jacques Carles, qui déplore que les seules évaluations des acteurs de la branche aient été le fait d'analystes financiers déconnectés des besoins spécifiques du luxe et focalisés seulement sur les géants du secteur, «s'intéressant surtout à celles cotées en Bourse».

Le barème de notation renverra toutefois vers la grille connue auprès des grandes agences de notation: «AAA» pour les plus solides, «AA», «A», «BBB» pour les autres, selon les critères spécifiques.
Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."