Bilan

De la marge à la révolution

Secteur minoritaire de la philanthropie, l’environnement porte en lui les germes d’un changement global de société.

  • Delphine Bottge, avocate spécialiste de la philanthropie.

    Crédits: Flusin
  • Etienne Eichenberger, associé chez WISE – philanthropy advisors.

    Crédits: Bauzin
  • Laetitia Gill, directrice exécutive du Centre en philanthropie de l’Université de Genève.

    Crédits: Erard/UniGE

Octobre 2018, dans le New York Times, Hansjörg Wyss annonce une contribution d’un milliard de dollars à diverses causes environnementales. Ce faisant, le milliardaire suisse commence à corriger un déséquilibre de longue date: la protection de l’environnement a longtemps fait figure de parent pauvre de la philanthropie. Selon l’OCDE, en 2018, la protection de la planète ne représentait que 1,1% des fonds philanthropiques. En Suisse, le Rapport 2017 sur les fondations recensait 971 buts liés à l’environnement sur les 13 172 fondations répertoriées.

«Avant la COP21 en 2015, l’environnement pouvait avoir une connotation activiste, voire politique dans certains pays. Des acteurs précurseurs comme Luc Hoffmann, fondateur de la Fondation Mava, ou Hansjörg Wyss ont changé la donne, comme l’ont fait les Gates dans l’éducation. Aujourd’hui, on comprend les enjeux sociétaux avec la montée en puissance des objectifs de développement durable de l’ONU qui rendent plus concrète la réalité immédiate du changement climatique. La jeune génération en a d’ailleurs fait sa priorité. La philanthropie a pris conscience de la valeur ajoutée de l’environnement traité de façon transversale», analyse Laetitia Gill, directrice exécutive du Centre en philanthropie de l’Université de Genève.

Pour sa part, Etienne Eichenberger, associé chez WISE – philanthropy advisors, observe deux tendances majeures sur le thème de l’environnement: «Les plus petits donateurs ou particuliers ayant leur fondation ont une plus grande compréhension de la complexité de cette problématique et nous voyons plus d’intérêt à soutenir de tels projets. Auprès des plus grandes fondations, nous observons qu’elles s’allient pour collaborer car leurs moyens s’additionnent, faisant ainsi la différence. Si les petits donateurs embrassent la complexité, les grands reconnaissent que l’aspect systémique devient crucial.»

Cette prise de conscience qui se manifeste depuis la COP21 avait sans doute pris corps quelques années plus tôt. «Lors de la crise de 2009, le secteur de l’environnement était celui qui avait été le moins impacté par rapport à d’autres domaines de la philanthropie. Ce qui indique peut-être une forme de prise de conscience des fondations et philanthropes qui a précédé celle du grand public», suggère Delphine Bottge, avocate spécialiste de la philanthropie.

L’obstacle légal

Une décennie plus tard, alors que les scientifiques réitèrent constamment les appels à l’action, le monde philanthropique monte au front. Avec un frein légal: «Les fondations doivent développer leur action en conformité avec les buts édictés par les fondateurs… qui ne peuvent être modifiés qu’à des conditions très restrictives. Les fondations n’ont pas toutes la capacité de réagir. Celles qui ont dans leurs buts la possibilité d’agir sur le volet environnemental vont activer les leviers qui sont les leurs. Mais les autres ne peuvent pas agir, même si le conseil de fondation en a la volonté. Certains appellent de leurs vœux une «clause d’urgence climatique» qui permettrait aux fondations de modifier leurs buts. Mais ce n’est pas actuellement à l’ordre du jour du côté du législateur.»

Urgence… mais aussi long terme: «Il est important d’objectiver l’impact de l’action philanthropique et la recherche académique a son rôle à jouer. Les interactions entre les parties prenantes doivent évoluer», souligne Laetitia Gill. Un constat que partage Delphine Bottge qui voit un nombre croissant de philanthropes appeler à changer la donne: «Pour faire face au défi environnemental, il faut allier philanthropie, finance durable et puissance publique. Et intégrer une vision à long terme de l’entreprise.» D’un secteur marginal à l’aube des années 2000, on est donc passés à une force de proposition pour changer le modèle économique.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."