Bilan

Daniel Vasella défend son bonus de départ initial

L'ancien président de Novartis estime que l'indemnité de 72 millions de francs proposée en premier lieu était justifiée au regard des rendements qu'il avait généré.
  • Un mélange de charme suave, de confiance en soi et d'arrogance, disent ceux qui en dressent le portrait. Originaire des Grisons, Daniel Vasella est né en 1953 à Fribourg. Médecin de formation, il épouse en 1978 la nièce de Marc Moret, alors président de l'ancienne Sandoz, où il sera recruté avant d'en devenir le PDG. Crédits: Keystone
  • Daniel Vasella saisit le 23 janvier 2013, juste avant l' annonce de son départ à la retraite. Il avait pris la direction de Novartis dès la fusion de Ciba-Geigy et Sandoz qui donna naissance au nouveau groupe, en 1996. Crédits: Reuters
  • L'heure du départ, après dix-sept années passées à la tête de la multinationale: Daniel Vasella ne briguera pas de nouveau mandat lors de l'assemblée générale du 22 février 2013. Crédits: Keystone
  • Fin 2011, début 2012: la mobilisation des employés et des autorités cantonales permettent d'éviter la fermeture du site de Nyon-Prangins.« Il a fallu beaucoup d'efforts de la part de l'Etat vaudois et de l'entreprise: si rien n'avait changé, nous aurions dû fermer le site», vient de confirmer à ce sujet Daniel Vasella.
  • En 2006, le salaire de Daniel Vasella a atteint 44 millions de francs. Selon Blick, le total de ses rémunérations pour ces onze dernières années s'élève à 300 millions de francs. Ces niveaux jugés exorbitants ont polarisé l'opinion publique et fait l'objet de nombreux débats. A l'image, des membres de la Jeunesse socialiste en route le 29 octobre 2011 pour sa villa située à Risch, sur les rives du Lac de Zoug. Crédits: Keystone
  • Daniel Vasella, qui étant jeune était de tendance marxiste-léniniste, avait alors parlé au président des Jeunes socialistes David Roth et à la vice-présidente Mattea Meyer. Crédits: Keystone
  • En 2011, Novartis annonce une prise de participation dans le groupe américain de soins oculaires Alcon et le rapprochement entre Alcon et Ciba Vision.Daniel Vasella lors de l'assemblée générale du 8 avril 2011. Crédits: Keystone
  • Daniel Vasella a régulièrement pris part au Forum économique de Davos en tant que chef de Novartis. On le voit ici en discussion avec un journaliste lors de l'édition 2011 du forum davosien. Crédits: Keystone
  • En 2010, Daniel Vasella remet son mandat de président de la direction et la conduite opérationnelle du groupe Novartis à Joseph Jimenez. (26 janvier 2010) Crédits: Keystone
  • Auparavant, Daniel Vasella avait présidé seul, de 1999 à 2010, aux destinées de Novartis en cumulant les postes de CEO et de président du Conseil d'administration. (26 janvier 2010) Crédits: Reuters
  • En 2009, la résidence secondaire de Daniel Vasella située au Tyrol est incendiée: à l'image les restes calcinés de la maison de vacances du patron de Novartis. (5 août 2009) Crédits: Keystone
  • La tombe de la famille Vasella photographie le 3 août 2009 à Coire. Une semaine auparavant, des inconnus l'avaient profanée et avaient déterré et dérobé l'urne contenant les cendres d'Urulina Vasella, la mère de Daniel Vasella. On avait alors prêté ce geste à une organisation britannique de défense des animaux, mais celle-ci avait nié avoir été derrière cet acte de vandalisme. Crédits: Keystone
  • Sous le règne de Daniel Vasella, Novartis est devenu l'un des groupes pharmaceutiques les plus puissants et performants au monde. Le patron de Novartis, le 19 décembre 2003, en compagnie de l'ancien directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Lee Jong-wook (au centre), décédé en 2006. Crédits: Keystone
  • Daniel Vasella et le chef des finances de Novartis Raymund Breu font part, le 7 février 2002 en conférence de presse, de leur satisfaction après l'«excellente performance» atteint par Novartis au cours de l'exercice précédent. Crédits: Keystone
  • Daniel Vasella a également suscité les commentaires pour s'être laissé temporairement poussé la moustache... Crédits: Keystone
  • ... puis la barbe (26 janvier 2005) Crédits: Keystone
  • Daniel Vasella est distingué en 2000 de l'«Appeal of Conscience Award» pour sa contribution à la coopération interculturelle et humanitaire internationale. On le voit en compagnie de l'ancien conseiller fédéral Adolf Ogi lors de la remise du prix, le 7 septembre 2000 à New York. Crédits: Keystone
  • Dès la fusion entre Ciba-Geigy et Sandoz, Daniel Vasella devient le directeur de la nouvelle entité. On le voit ici en 1997 présenter les premiers résultats du nouveau groupe Novartis. Crédits: Keystone
Daniel Vasella, l'ancien président du géant pharmaceutique Novartis a défendu le bonus de départ qui lui avait été initialement octroyé, rapporte dimanche le Financial Times dans son édition en ligne.

Daniel Vasella s'était vu proposer des indemnités de 72 millions de francs pour ne pas travailler pour la concurrence pendant six ans, mais avait fini par y renoncer face à la vive polémique que cette somme avait déclenchée dans le pays.

«Fondamentalement, je ne crois pas qu'il faille se restreindre (dans une négociation). Le conseil d'administration...doit décider et a la responsabilité pour quoi qu'il advienne», a-t-il déclaré au quotidien financier britannique. Daniel Vasella a précisé au Financial Times qu'il pensait que cette somme était justifiée au regard des rendements qu'il avait généré pendant ses années aux commandes du groupe et qu'elle se situait dans la norme de ce que pratiquent ses concurrents.

Mauvaise gestion de crise

Bien qu'il a ait admis que le scandale autour de son indemnité de départ «aurait pu être géré différemment», Daniel Vasella a également affirmé au journal aux pages saumon que la ligne dure du conseil d'administration sur la clause de non concurrence s'apparentait à «une interdiction d'exercer ma profession».

Les indemnités de départ de Daniel Vasella, révélées peu avant le vote sur l'initiative sur les rémunérations abusives, avaient déclenché une volée de critiques, y compris dans le milieux patronaux, qui reprochaient au patron de Novartis de jeter ainsi de l'huile sur le feu.

Quelques semaines après, les électeurs adoptaient à une large majorité ce texte qui interdit notamment les parachutes dorés. Début juillet, le groupe Novartis a annoncé qu'il était parvenu à un accord définitif avec son ancien président du conseil d'administration. Il s'est vu octroyer une rémunération de 4,9 millions de francs en numéraire et en actions au titre de ses services comme conseiller pendant la période de transition entre l'assemblée générale du 22 février 2013 et le 31 octobre 2013.

Anne-Elisabeth Celton

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."