Bilan

Croissance du PIB en Suisse de 0,5% au 3e trimestre

L'économie suisse continue de résister à la morosité conjoncturelle mondiale. En rythme annuel, la croissance s'est établie à 1,9%, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO).
Photo d'illustration. Crédits: Archives
La croissance de l'économie en Suisse est restée soutenue au troisième trimestre. Bruno Parnisari, chef du secteur conjoncture au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO), observe que la conjoncture internationale s'améliore, même s'il existe quelques lueurs d'ombre pour les pays émergents. «L'espoir est que cette reprise soit durable, même si elle ne sera pas forcément très dynamique.»

«Il est intéressant de constater au troisième trimestre que plusieurs composantes cycliques du PIB se sont redressées», a déclaré jeudi Bruno Parnisari. Les exportations de marchandises (hors métaux précieux, gemmes, œuvres d'art et antiquités) ont ainsi enregistré une progression marquée ( 3,7%). La chimie et la pharmacie en tête de cette évolution.

Conséquence de cette hausse, l'économiste se réjouit de constater que la valeur ajoutée dans l'industrie a apporté la plus forte contribution positive à la croissance en termes de production. «Le contexte est propice», a ajouté Bruno Parnisari. «Si tous les indicateurs ne pointent pas vers le haut d'un mois à l'autre», les signes sont plutôt favorables.

En termes de consommation des ménages et des institutions privées sans but lucratif au service des ménages, Bruno Parnisari estime que l'on ne peut pas parler de ralentissement même si la progression des dépenses est en baisse. Lors des derniers trimestres, les dépenses de santé avaient apporté une forte contribution.

Investisseurs réticents

Il s'agit dès lors plutôt «d'effets statistiques» liés notamment au nouveau financement des hôpitaux et à des considérations comptables. Selon lui, la tendance de croissance de la consommation des ménages devrait rester solide.

Au niveau des investissements de biens d'équipement, Bruno Parnisari observe que le niveau reste en dessous de la crise de 2008. «Les investisseurs continuent à être réticents.»

Pour l'ensemble de l'année, Bruno Parnisari explique que la croissance devrait être en ligne avec les prévisions du SECO en septembre, soit 1,8%. «Aucune forte progression ou baisse n'est attendue au dernier trimestre 2013», conclut-il.





Jérémy Santallo

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."