Bilan

Coronavirus: pour GastroSuisse "la déception est grande"

La fermeture des restaurants ordonnée jusqu'au 22 janvier occasionnera un dommage économique de 2,5 milliards de francs, selon GastroSuisse. Cette mesure occasionnera de nombreuses faillites, avertit l'organisation, qui dénonce également le manque d'aide en faveur de la branche.

La décision signifie pour l'hôtellerie-restauration un dommage économique de près de 2,5 milliards de francs, estime GastroSuisse.

Crédits: DR

"Le Conseil fédéral méconnaît que la branche de l'hôtellerie-restauration brûle", tonne Gastrosuisse dans un communiqué vendredi. La fédération de l'hôtellerie et de la restauration dénonce le manque de mesures d'aide en parallèle au durcissement des mesures qui touche le secteur.

L'organisation GastroSuisse se dit consciente de la nécessité de nouvelles mesures pour lutter contre la pandémie. Mais elle se désole "qu'aucune mesure d'aide rapide et simple, comme au début de l'année", ne soit mise en place car "les conseillers aux Etats bourgeois ont torpillé la solution de branche".

"La crise est réglée sur le dos d'une seule branche, mais personne ne veut nous aider. Le Conseil fédéral doit maintenant rapidement définir des mesures d'aide avec les cantons. Pour beaucoup, l'aide arrivera toutefois trop tard, car dans de nombreux cas il faudra encore au minimum un mois avant que les indemnités ne soient versées", insiste Casimir Platzer, président de GastroSuisse, cité dans le communiqué.

La décision signifie pour l'hôtellerie-restauration un dommage économique de près de 2,5 milliards de francs, estime GastroSuisse. Le secteur a besoin d'environ 600 millions de francs par mois pour couvrir ses coûts fixes, précise l'association.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."