Bilan

Coronavirus: la nouvelle variante du virus fait décrocher le secteur aérien

Alors que le début des campagnes de vaccination ces derniers jours était porteur d'un vent d'espoir, l'optimisme a été rapidement douché par l'annonce surprise d'un reconfinement strict de Londres et du sud-est de l'Angleterre samedi.

Les experts de l'Union européenne assurent que les vaccins actuels restaient efficaces face à cette variante du virus.

Crédits: DR

La cause ? La détection d'une variante du virus semblant se propager plus rapidement et jugée "hors de contrôle" par le gouvernement britannique, alors qu'elle a entraîné une importante hausse des hospitalisations dans ce pays en décembre.

En réaction, plusieurs pays, comme la France, l'Allemagne, l'Italie ou encore le Canada et l'Inde, ont successivement annoncé depuis dimanche suspendre temporairement les arrivées de voyageurs en provenance du Royaume-Uni.

La conséquence a été immédiate sur les marchés financiers pour le secteur aérien, fortement affecté par ces décisions après une année déjà très difficile.

A la Bourse de Paris, à la mi-journée, Air France-KLM décrochait de 5,42% à 5,44 euros, Airbus de 5% à 84,55 euros, et Aéroports de Paris de 2,20 % à 99,85 euros.

A l'échelle européenne, Easyjet dégringolait à Londres de 9,26% à 740,00 pence et IAG, maison mère de British Airways, de 8,38% à 143,25 pence.

Craintes d'autres restrictions

"Les valeurs liées à l'industrie du voyage ont été anéanties par les nouvelles restrictions de circulation", observait Neil Wilson, analyste en chef de Markets.com.

"Pas d'accord sur le Brexit, une nouvelle souche du coronavirus, des mesures de restrictions plus strictes et la fermeture des principales routes commerciales vers l'UE: Joyeux Noël à tous", ironisait-il par ailleurs pour montrer l'étendue des craintes affectant le secteur.

D'après David Madden, analyste de CMC Markets, des investisseurs craignent que la nouvelle souche du virus puisse déjà être présente sur le continent, ce qui pourrait déclencher des restrictions similaires pour d'autres Etats.

Les valeurs du secteur aérien ont fait partie des principales victimes à travers la planète des confinements et reconfinements qu'ont eu à subir la plupart des pays du monde durant l'année 2020, la plupart des avions étant cloués au sol.

Malgré un très fort rebond des marchés en novembre sur fond d'annonces très positives sur l'efficacité de plusieurs vaccins, Air France-KLM affiche un recul de 55% sur l'ensemble de l'année, ADP de 43% et Airbus de 35%.

En dépit des craintes suscitées par cette nouvelle souche du Covid-19, les experts de l'Union européenne se sont montrés rassurants, assurant que les vaccins actuels restaient efficaces face à cette variante du virus.

Du côté des professionnels, l'association britannique des agents de voyages Abta a souligné que les dernières mesures prises témoignaient des "incertitudes toujours en cours". Elle a également assuré aux voyageurs qu'ils pouvaient prétendre à un remboursement ou à un autre billet si leur vol était annulé.

"On n'est pas inquiets. Comme toutes les sociétés de transport, on suit de près l'évolution et surtout les directives des Agences régionales de santé et du gouvernement", a pour sa part réagi un porte-parole d'Air France auprès de l'AFP.

EasyJet n'a pas souhaité commenter la baisse de son cours de Bourse.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."