Bilan

Coronavirus: la Banque d'Angleterre assure ne pas être à court de munitions

La Banque d'Angleterre est loin d'être à court de munitions afin de répondre à la crise économique causée par la pandémie, a assuré vendredi le gouverneur de la Banque d'Angleterre (BoE) Andrew Bailey, évoquant à nouveau la possibilité de taux négatifs

Comme les autres grandes Banques centrales, la BoE a déployé rapidement des mesures de grande envergure pour amortir le choc économique engendré par la crise sanitaire.

Crédits: Keystone

"Nous ne manquons en aucun cas de puissance de feu", a-t-il déclaré dans une intervention en ligne à l'occasion du symposium annuel consacré à la politique monétaire qui se tient habituellement à Jackson Hole dans le Wyoming (ouest).

"Pour être honnête, il semble maintenant que nous avions été trop prudents concernant notre puissance de feu encore disponible avant le Covid", a-t-il complété.

Comme les autres grandes Banques centrales, la BoE a déployé rapidement des mesures de grande envergure pour amortir le choc économique engendré par la crise sanitaire.

Son taux d'intérêt directeur a été ramené à 0,1%, un plancher historique, et un programme de rachat d'actifs est en cours dont le montant, augmenté à deux reprises en pleine crise du Covid-19, atteint 745 milliards de livres.

Début août, la Banque centrale a même signalé pour la première fois qu'il n'y aura pas de resserrement de la politique monétaire sans preuves d'une reprise économique et d'un niveau d'inflation qui soit durablement de 2%.

"La crise du Covid a à ce jour montré que le programme de rachat d'actifs a été efficace. Cela montre que nous restons dans un monde où le choix des outils à utiliser est plus important que cela ne l'était dans le passé", a ajouté M. Bailey.

"Nous avons aussi été clairs sur le fait que nous avons d'autres outils à disposition, dont la possibilité de taux négatifs", selon le banquier central, qui réitère une position déjà énoncée à plusieurs reprises ces dernières semaines.

La BoE l'a toutefois pour l'instant écarté, estimant que son efficacité n'était pas encore assuré.

Tirant des enseignements pour les possibles crises à venir, il juge qu'il est préférable de faire en sorte qu'il y ait "suffisamment de marge de manoeuvre pour une expansion des bilans des Banques centrales si besoin dans le future, pour +agir fort+ et +agir vite+" de manière décisive", par exemple en élargissant la gamme d'actifs achetés.

La livre sterling, en hausse par rapport au dollar avant le début du discours, réagissait peu aux propos de M. Bailey. Vers 13H25 GMT (15H25 à Paris), la monnaie britannique gagnait 0,71% face au billet vert à 1,3294 dollar et 0,1% face à la monnaie unique à 89,47 pence pour un euro.

afp/rp

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."