Bilan

Coronavirus: GastroSuisse est "déçue", fin de saison "sombre" pour le tourisme

GastroSuisse a exprimé sa déception après les annonces du Conseil fédéral: pour la faîtière, il n'y a aucune raison pour que les restaurants restent fermés. De son côté, la Fédération suisse du tourisme (FST) considère que les perspectives pour la fin de la saison d'hiver restent "sombres".

"A ce jour, rien ne prouve que les restaurants soient une source d'infection", estime Casimir Platzer, président de la faîtière.

Crédits: DR

Le fait qu'il n'y aura pas d'assouplissement dans l'hôtellerie-restauration début mars est "une catastrophe", déclare GastroSuisse mercredi dans un communiqué.

"Chaque semaine, le Conseil fédéral trouve de nouvelles raisons pour garder les restaurants fermés. Une fois c'est le nombre de cas, une autre fois c'est la valeur R, puis le taux de positivité, soudain c'est le nombre des vaccinations, puis le variant britannique, et ensuite le virus sud-africain. Et demain cela sera quoi?", demande l'organisation.

"A ce jour, rien ne prouve que les restaurants soient une source d'infection", estime Casimir Platzer, président de la faîtière. "Au contraire: nos plans de protection fonctionnent. Les restaurants ne sont utilisés que comme un instrument afin de limiter les contacts".

"Paradoxalement, lorsque les restaurants sont fermés, les contacts ont simplement lieu dans la sphère privée sans plan de protection", s'insurge encore M. Platzer.

Les cantons doivent corriger le tir

Au vu de l'évolution épidémiologique, la faîtière exige "une ouverture le plus tôt possible". Une première étape devrait être franchie au plus tard le 1er mars. Les cantons ont le pouvoir de corriger l'inégalité de traitement proposée par le Conseil fédéral.

"De plus en plus de restaurateurs doivent jeter les clés et la troisième vague de licenciements est déjà en cours", prévient M. Platzer, qui fustige aussi la lenteur à laquelle sont versés les fonds pour les cas de rigueur.

Sans délai ni bureaucratie


Un argument économique qui fait mouche aussi auprès de la FST. La branche du tourisme considère que c'est "clairement insatisfaisant" que "plus de deux tiers" des cantons viennent à peine de commencer à verser des indemnités, selon des propos du conseiller fédéral Ueli Maurer. Même si elle salue le renforcement de l'aide aux cas de rigueur, la FST demande que les cantons débloquent l'argent le plus rapidement et le moins bureaucratiquement possible.

Les annonces du Conseil fédéral douchent cependant les espoirs que le reste de la saison d'hiver se déroule "convenablement", en raison de la fermeture des restaurants jusqu'à début avril au plus tôt, note la FST. La branche rappelle que le tourisme d'hiver revêt une importance "énorme" en Suisse.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."