Bilan

Coronavirus: faire les magasins, ou du sport à l'extérieur: à nouveau possible

Les Suisses peuvent désormais reprendre le chemin de tous les magasins, des musées, des zoos et des installations sportives en plein air. Pour se rendre au restaurant, ils devront encore patienter. Il n'y a pas eu de ruée sur les commerces à Zurich ou à Berne.

La réouverture des magasins s'est faite dans le calme, selon des journalistes de l'Agence Keystone-ATS présents sur place.

Crédits: Keystone

Le déconfinement par étapes a commencé lundi: tous les commerces ont pu rouvrir leurs portes. Tout comme les musées, les salles de lecture des bibliothèques ou des archives, les centres de loisirs en extérieur, comme les zoos, les jardins botaniques ou les parcs d'attractions.

Les magasins à Berne et à Zurich n'ont pas été pris d'assaut. La réouverture s'est faite dans le calme, selon des journalistes de l'Agence Keystone-ATS présents sur place. A Lausanne, certains commerces, qui proposaient encore des soldes, ainsi que les librairies ont connu une belle affluence.

Un lundi normal à Berne...


Dans le centre de la ville de Berne, c'est comme un lundi normal, sauf que les cafés et les restaurants sont toujours fermés. Dans le grand magasin Loeb, le personnel de la sécurité est placé à chaque entrée. Des tableaux numériques indiquent combien de personnes peuvent encore entrer, plus de 500 à 09h00.

Mis à part les magasins, les musées ont aussi pu rouvrir leurs portes. "Les visiteurs nous ont beaucoup manqué", a déclaré à Keystone-ATS Merja Rinderli, du Musée d'Histoire de Berne. "C'est un vrai plaisir de se promener dans le bâtiment et de voir les salles d'exposition revivre." Mais il n'y a pas eu de grosse ruée. Au Musée suisse des transports à Lucerne, l'affluence était supérieure à la moyenne pour un lundi.

Les zoos aussi ont de nouveau pu accueillir des visiteurs. Celui de Dählhölzli à Berne a recensé plus de 500 entrées jusqu'à midi et celui de Zurich 3000 entrées jusqu'à 16h00. Le zoo de Bâle a également bien été fréquenté au vu du temps printanier.

... et à Zurich


A Zurich, ce n'est pas non plus la ruée sur les magasins. De courtes files d'attente se sont formées devant des magasins de vêtements et des bijouteries de la Bahnhofstrasse. Comme n'importe quel lundi matin, il y a peu de monde dans la rue.

Les installations sportives à l'air libre, telles que les patinoires, les terrains de tennis ou de football et les stades d'athlétisme, sont également de nouveau accessibles.

Chez Ikea, les clients ne faisaient pas la queue depuis tôt le matin, comme cela avait été le cas après le premier semi-confinement, a indiqué son porte-parole Aurel Hosennen. A la filiale de Spreitenbach (AG), les premiers clients étaient présents à 07h00 l'année dernière, contre deux heures plus tard lundi.

Pour cause: les commandes en ligne ont eu du succès pendant la fermeture. Il n'empêche que l'affluence a été quand même supérieure que lors d'un début de semaine normale dans les filiales du géant suédois.

"Après six semaines de fermeture, les gens voulaient se faire plaisir", a déclaré à Keystone-ATS Dagmar Jenni, la directrice de la Swiss Retail Federation, l'association suisse des commerces de détail. Selon elle, le matériel de bureau, les appareils électroménagers et la mode féminine ont eu particulièrement du succès.

Quinze personnes dehors


Quant aux rassemblements privés, les règles pour les rencontres à l'extérieur sont assouplies: on passe de cinq à quinze personnes maximum.

Des groupes de quinze adultes peuvent aussi participer à des activités sportives et culturelles en plein air. Les compétitions et les événements pour adultes restent interdits, mais sont à nouveau possibles pour les jeunes jusqu'à 20 ans. Ces derniers peuvent dès lundi participer à des activités sportives ou culturelles sans public.

La première étape du 1er mars concerne principalement les activités qui permettent le port du masque et le respect des distances, qui ne réunissent qu'un nombre restreint de personnes et qui ont lieu à l'extérieur, souligne le Conseil fédéral sur son site internet.

Avec cet assouplissement prudent et progressif, le Conseil fédéral entend redonner plus de place à la vie sociale et économique, a indiqué l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) lundi. Mais de rappeler que la situation épidémiologique reste fragile en raison des variants du coronavirus.

Pour accompagner cette étape, l'OFSP a adapté sa campagne d'information: il demande de continuer à respecter les règles d'hygiène et de conduite, à savoir se laver soigneusement les mains, garder les distances, porter un masque en public et limiter les contacts.

Restaurants fermés


Les restrictions dans les autres domaines restent cependant inchangées. Les cinémas, les discothèques, les bars et les casinos demeurent fermés. Les restaurants, terrasses comprises, gardent aussi portes closes, et ce jusqu'au 22 mars minimum, date de la prochaine étape du déconfinement.

Toutefois, dans le canton de Glaris, les autorités ont autorisé lundi les restaurants à temporairement devenir des cantines d'entreprises. Sur autorisation du canton, ils peuvent servir à manger entre 11h00 et 14h00 aux personnes travaillant à l'extérieur. Le canton de Berne a pris la même mesure.

Des décisions seront prises le 12 mars. Elles concerneront entre autres les manifestations sportives et culturelles accueillant du public dans un cadre restreint, le télétravail obligatoire, les activités sportives à l'intérieur et les terrasses des restaurants, indique le site internet du Conseil fédéral.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Merci de votre inscription
Ups, l'inscription n'a pas fonctionné
Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."